Il y a 12 ans -

Temps de lecture 1 minute

Cas d’utilisation d’un ESB (2/6) : Composition / agrégation de services

En vue du séminaire « Les ESB dans la SOA : Comprendre & Savoir utiliser » que Xebia donnera le 09/10/2007, nous vous proposons une série d’articles présentant différents cas d’utilisation d’un ESB.

Le cas d’utilisation d’un ESB présenté aujourd’hui est la composition / agrégation de services.


L’ESB expose un service de niveau N qu’il construit par composition ou agrégation de plusieurs services de niveau N-1 (voire N).

ESB : Composition / agrégation de services

Il s’agit ici d’un assemblage simple de service, et non d’orchestration ou de processus.

Ce genre de situation peut se produire quand l’application qui fournit les services ne peut exposer facilement ou rapidement des services conformes à la définition métier qui en a été faite. Il est courant de voir développer des applications dites « frontales » qui endossent l’interfaçage avec l’application ou le progiciel concerné. Ces applications frontales peuvent tout à fait trouver leur place dans un ESB.

Commentaire

2 réponses pour " Cas d’utilisation d’un ESB (2/6) : Composition / agrégation de services "

  1. Publié par , Il y a 12 ans

    « Il s’agit ici d’un assemblage simple de service, et non d’orchestration ou de processus. »
    Comment definit-on « simple » par rapport à « orchestration » et « processus » ? Cette question anodine cache souvent des réponses qui le sont moins. En outre, vous parlez de composition ou d’agrégation de services, et votre figure montre des services exposés agrégés ou composés: on suppose donc que les services à agréger ou à composer existent déjà en tant que tels, et ne sont donc pas à extraire des applicatifs (service enablement, comme dirait Shakespeare) contrairement à ce dont parle votre dernier paragraphe (notez que la mise à disposition de services hors des applications peut tout à fait être considérée comme une fonctionalité d’un ESB).

  2. Publié par , Il y a 12 ans

    Il faut comprendre par « simple » : qui net met pas en œuvre de moteur de processus (ie. la complexité cyclomatique de l’agrégation reste raisonnable).
    La composition peut s’avérer nécessaire quand l’application qui fournit les primitifs métiers ne peut pas exposer facilement ou rapidement des services conformes à la définition métier qui en a été faite.
    Les fonctionnalités de l’application sont alors directement mises en mode services (comme dirait Molière) et un service virtuel offrant la granularité attendue est créé par composition dans l’ESB.
    La mise à disposition de services hors des applications est effectivement une utilisation possible d’un ESB.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous recrutons

Être un Xebian, c'est faire partie d'un groupe de passionnés ; C'est l'opportunité de travailler et de partager avec des pairs parmi les plus talentueux.