Publié par

Il y a 11 ans -

Temps de lecture 8 minutes

Revue de Presse Xebia

Revue de Presse Xebia
La revue de presse de l’actualité Java/J2EE hebdomadaire proposée par Xebia.

Agilité

RIA

Le coin de la technique

Agilité

Apprendre en s’amusant !

Emmanuel Chenu a publié plusieurs illustrations qui tournent autour de la philosophie Agile et de Scrum en particulier.
Voila une bonne façon de se familiariser avec les pratiques agiles et les différentes étapes d’un projet suivant la méthode Scrum.

L’évidence empirique des méthodes agiles

Claude Aubry référence l’évidence empirique des méthodes agiles de Grigori Melnik qui synthétise le résultat de plusieurs études sur les méthodes agiles.
Il est assez difficile de trouver des chiffres récents sur le sujet, la présentation s’appuie pour la plupart sur des études de 2005 à 2007, notamment sur l’étude de VersionOne (été 2007).

  • Les pratiques agiles permettent de gagner en productivité (90% des réponses), de réduire les défauts (85%), d’accélérer le time-to-market (83%), et de réduire les coûts (66%).
  • Dans les équipes agiles, 2 fois plus de membres sont satisfsaits que dans les équipes non-agiles, et la satisfaction réduit le turnover.
  • Parmi les méthodes agiles, Scrum est utilisé par 37%, Scrum et XP par 23%, et XP 12%.
  • Les pratiques agiles les plus utilisées sont les plannings d’itération (65%), les tests unitaires (60%), le daily standup (55%), les plannings de release (54%), et l’intégration continue (50%).
  • Le TDD dans l’industrie augmente la qualité mais implique souvent une baisse de productivité
  • Les méthodes agiles sont utilisées plus massivement (17% pratiquent, 29% surveillent), le gouffre de Geoffrey Moore serait passé (du moins aux Etats-Unis).

RIA

Adobe maintient son avance avec la sortie de Flash 10

Après l’annonce de l’Open Screen Project la semaine dernière, Adobe continue à affirmer son rôle prédominant sur les applications RIA avec la sortie de Flash player 10 beta (ASTRO). Les exemples donnent une bonne idée des champs d’applications de celles-ci :

  • Ajouts d’effets 3D: les objets 3D peuvent être animés et transformés. Il est possible d’interagir avec ces objets par le biais de propriétés (rotation, etc). Ces animations rappellent les logiciels d’animation 3D ; elles seront particulièrement adaptées à la visualisation 3D des articles dans les sites d’eCommerce.
  • Possibilité de créer ses propres filtres et effets sur les images et les videos avec le langage ‘Hydra’. Ce langage, basé sur le langage ‘C’ permet entre autre la manipulation et la création d’effets. Adobe annonce de très bonne performances pour ces nouvelles fonctions qui intéresseront bénéficieront particulièrement aux players vidéo à la YouTube.
  • Text layout avancé: un nouveau moteur de layout permet de gérer du texte en multicolonne, en tableaux, autour d’une image, support d’écriture de droite à gauche … Cette fonctionnalité enrichira les applications de type Webmail et Web Office
  • Amélioration de l’API Drawing: dorénavant celle-ci permet d’appliquer des styles de remplissages, lignes… sans redessiner les formes.
  • Amélioration des performances visuelles (certains processus sont maintenant gérés par la carte graphique).

Néanmoins, nous aurions aimé voir des avancées sur les problèmes de bookmark et d’indexations par les moteurs de recherches.

Pour les personnes voulant mettre à jour leurs projets Flex, voici les démarches à effectuer.

Catalogue interactif Flex en Open source

Assez impressionnant, ce book reader en Flex nous présente les possibilités qu’offre cette technologie. Plusieurs effets sont présents, comme notamment la transparence des pages, tourner les pages, déchirer les pages …
Pour les personnes intéressées par ce catalogue, voici le code source.

Le coin de la technique

Tapestry : prise en main du framework

Lors du Xebia Web Framework Contest, nous avions omis de mettre en compétition le framework d’Apache, Tapestry.
Plus récemment, François Armand a commenté notre article Une expérience positive sur Wicket en s’étonnant du coût d’entrée élevé pour Tapestry 5.
Renat Zubairov et Igor Drobiazko vous proposent de découvrir ce framework dans InfoQ : Tapestry for Nonbelievers.

Sun’s Garbage First collector

Garbage First a refait parler de lui cette semaine, InfoQ a publié un lien vers une interview de Antonios Printezis effectuée à la suite de la session qu’il a animée à JavaOne. Antonios (Tony pour les intimes) travaille chez Sun, il est membre des équipes HotSpotGC et Real-Time Java effort.

Garbage First est une nouvelle implémentation pour le Garbage Collector Java destinée à remplacer le Concurrent Mark & Sweep Collector. Cette nouvelle implémentation se veut optimiser le débit tout en assurant des temps de pauses constants. Celui-ci devrait être disponible en standard dans le jdk 7 ainsi qu’en update pour le jdk 6.

Data Grid versus In Memory Database : des rôles très différents

Le rachat de la base de données mémoire SolidDB par IBM suscite l’interrogation des clients qui s’intéressent à la grille de données Websphere eXtreme Scale déjà commercialisée par Big Blue. Billy Newport présente dans WebSphere eXtreme Scale (ObjectGrid) positioning with in memory databases like SolidDB les différences entre une base de données mémoire et une grille de données.

Nous retiendrons :

  • Les bases de données mémoires sont assimilables à des bases de données classiques en plus rapide. Les gains de vitesse (parfois x30) ne font que repousser sans les retirer les limitations actuelles des SGBD (architecture mono-serveur, goulet d’étranglement sur les locks transactionnels, etc). La similarité de fonctionnement avec les SGBD classiques et l’utilisation du langage SQL permettent d’utiliser des SGBD Mémoire avec des applications existantes.
  • Les grilles de données font disparaître les limitations actuelles des SGBD concernant le volume de données et la concurrence d’accès en partitionnant les données et les traitements sur un kyrielle de petits serveurs facilement extensible à plusieurs centaines de noeuds. A la différence des bases de données mémoires, les grilles introduisent une rupture dans l’architecture des SGBD et le modèle de programmation : les données sont partitionnées sur la grille et on envoie des agents effectuer les traitements sur tous les noeuds de la grille avant de consolider le traitement dans l’application appelante. Ce changement nécessite de repenser complètement les applications pour avoir une approche de type MapReduce.
  • Même si les capacités (CPU et RAM) des serveurs augmentent rapidement, les architectures non partitionnées sont rapidement limitées d’abord par le coût exponentiel du matériel puis par les limites de l’état de l’art. Les architectures à base de grille de données s’imposent alors : il est souvent déraisonnable d’acheter un serveur à 32 CPU quand 16 lames à 2 CPU suffisent.
  • Ces deux technologies sont aujourd’hui des axes clefs des éditeurs de SGBD : les bases de données mémoire comme une optimisation à court terme des SGBD classiques et les grilles comme une nouvelle architecture exploratoire. Oracle possède ainsi à son catalogue une base de données mémoire (Times Ten) et une grille de données (Coherence)

Java EE : les API qui vont évoluer

Jim Knutson, responsable des standards J2EE pour Websphere, présente dans Developing long term strategies for using Java EE technology les évolutions des différentes API Java EE. Nous retiendrons en particulier :

  • Servlets, JSP & JSTL : API stables.
  • JSF : des changements très importants arriveront avec le prochain JSF 2. L’intégration d’Ajax est toujours problématique et une collaboration avec l’Open Ajax Alliance est en cours.
  • Portlets : la prochaine version 2 apportera beaucoup de nouveautés mais semble compatible ascendante (binaires et source).
  • JDBC : API Stable
  • JPA : bien que récente, cette API profite de l’expérience d’Hibernate, de TopLink et de Kodo et est stable. On notera que le récent JPA 2.0 preview specification confirme cette stabilité.
  • EJB : la version 3 a apporté un changement radical. Les actuels EJB Session et Message Driven Bean sont stables. Les EJB Entity CMP et BMP s’effacent au profit de JPA et risquent de devenir rapidement deprecated.
  • JMS : API stable.
  • Java Connector Architecture (JCA) : des changements concernant le failover et l’unification des messages entrants et sortants sont prévus pour la prochaine version. Cependant, une compatibilité binaire devrait permettre aux connecteurs existants de continuer à fonctionner.
  • JAX-RPC : API obsolète remplacée par JAX-WS.
  • JAX-WS & JAXB : bien que récentes, ces API devraient être stables du fait de l’expérience acquise par les auteurs avec JAX-RPC. L’inclusion de JAXB et JAX-WS dans le JRE est un autre facteur de stabilité de ces API.
  • SOAP with Attachments API for Java (SAAJ) : API Stable
  • Java API for XML Registries (JAXR) : abstraction au dessus d’UDDI et d’ebXML. API Obsolète .
  • JAX-RS – RESTful services : en cours d’élaboration, des changements importants sont à attendre.
  • WebBeans : modèle de composant qui englobe notamment les Managed Beans JSF et les EJB. Si le périmètre de cette spécification reste aussi large, des évolutions importantes sont prévisibles.
  • Timer and Workmanager : ces APIs proposées par BEA et IBM n’ont toujours pas été intégrées à Java EE et des changements sont prévisibles.

Publié par

Publié par Xebia France

Xebia est un cabinet de conseil international spécialisé dans les technologies Big Data, Web, les architectures Java et la mobilité dans des environnements agiles. Depuis plus de 15 ans, nous avons la volonté de partager notre expertise et nos actualités à travers notre blog technique.

Commentaire

3 réponses pour " Revue de Presse Xebia "

  1. Publié par , Il y a 11 ans

    Servlet 3.0 sera très intéressant (plus simple, plus de web.xml).
    Portlet 2.0 (JSR 286): c’est déjà dispo.
    EJB 3.1 proposera des évolution bien attendues
    JPA devient un API séparée (de EJB)
    JAX-RS : pas finalisé mais stable (plus qeu EJB 3.1 par exemple)

    Bref, des « nouveautés » Java EE avec la vision IBM qui n’est toujours pas arrivé à Java EE 5 ;-)

  2. Publié par , Il y a 11 ans

    Bonjour Alexis,
    Le fait qu’IBM Websphere ne supporte toujours pas Java EE 5 me rappelle la vision de Floyd Marinescu, InfoQ, dans Trends affecting the Future of Enterprise Java. Il estime que l’importance des standards Java EE décline et y voit pour principales causes :
    – La contraction du marché des serveurs Java EE qu’il résume maintenant à deux vendeurs (IBM et Oracle/BEA).
    – L’émergence de l’open source qui rassure aujourd’hui les clients comme que le faisaient hier les standards.
    – Enfin, l’émergence de nouveaux standards et particulièrement d’OSGi

    Cyrille (Xebia)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous recrutons

Être un Xebian, c'est faire partie d'un groupe de passionnés ; C'est l'opportunité de travailler et de partager avec des pairs parmi les plus talentueux.