Publié par

Il y a 11 ans -

Temps de lecture 4 minutes

Google Chrome – 1 semaine après …

Si vous avez passé la semaine dernière sur Mars

Ce n’est plus un secret pour personne, Google a concrétisé cette semaine une des rumeurs récurrentes de ces dernières années : la sortie de son navigateur web. Difficile d’y avoir échappé, l’information a circulé de manière virale cette semaine dans tous les médias. Tout est parti d’un article du blog de Philipp Lenssen annonçant avant Google ce scoop. Pour la petite histoire, Google a envoyé des versions imprimées de la bande dessinée publicitaire sur son nouveau produit par courrier, dont certaines sont arrivées à destination avant le communiqué officiel de Google, ainsi naquit la rumeur. Cette bande dessinée est également disponible en ligne, elle présente particulièrement bien les objectifs et espérances de Google avec l’arrivée de ce nouvel outil.

Un rendu standard et quelques nouveautés

D’un point de vue technique, tout comme Safari et Konqueror, Google Chrome s’appuie sur Webkit pour effectuer le rendu de ses pages. Du coup, que les développeurs Web se rassurent, la majorité des sites et applications existantes ne présentent pas d’anomalies graphiques spécifiques Chrome. Côté JavaScript, Google annonce un gain notable sur le temps d’exécution (c’est à la mode) avec l’arrivée d’un nouveau moteur : V8.

Une des nouveautés les plus intéressantes se trouve du côté de la gestion des processus et de la mémoire : chaque onglet s’exécute dans un processus séparé empêchant en théorie le blocage complet du navigateur lorsqu’un seul des onglets plante. On se demande d’ailleurs pourquoi cette idée n’a pas germé avant. Chrome pousse le bouchon assez loin en fournissant un mini gestionnaire de processus et mémoire, permettant d’inspecter les ressources utilisées par chacun des onglets. Il vous permettra par exemple de constater qu’un onglet consomme à sa création environ 6 Mo, bien plus que chez la plupart des concurrents de Chrome. Il faut tout de même avouer que même si cette gestion fine des onglets est une idée alléchante, quelques problèmes persistent. Après une semaine d’utilisation, le navigateur a planté quelques fois, nécessitant un redémarrage complet de celui-ci.
D’autres part, vous n’aurez pas manqué quelques fonctionnalités directement « recopiées » du renard flamboyant : gestion des mots de passe, page about:plugins

Une première version pas tout à fait sèche

Google a également du travail en souffrance du côté des plugins principaux, permettant l’affichage de contenu riche. Si le plugin Flash ne présente aucun bug notable, ce n’est pas le cas de ses frères de chambrée : le plugin Silverlight ne fonctionne pas toujours, empêchant la consultation de certain contenu. Quant au plugin Java, il vous faudra télécharger la early-version de Java6 Update10 (qui est actuellement en release candidate) pour espérer le faire fonctionner.
Plus généralement, il est surprenant que dans cette première version, aucun gestionnaire d’extensions ne soit présent. Il semblerait que cela soit prévu pour les versions futures. Et si vous n’êtes pas content, vous n’avez qu’à mettre la main à la pâte, Chrome est Open-Source :-)

Une licence contestable (et contestée)

Une autre polémique a courue cette semaine autour de la licence d’utilisation de Chrome. Plusieurs choix sont contestables, en premier lieu celui ayant trait à cet extrait : « en fournissant, publiant ou affichant le contenu, vous accordez à Google une licence permanente, irrévocable, mondiale, gratuite et non exclusive permettant de reproduire, adapter, modifier, traduire, publier, présenter en public et distribuer tout Contenu que vous avez fourni, publié ou affiché sur les Services ou par le biais de ces derniers » . La « pression populaire » a d’ailleurs poussé Google à modifier sa licence.

Dans les faits …

Cette semaine, 7.42% des lecteurs de notre blog utilisaient Google Chrome. Les paris sont ouverts quant au futur de ce petit dernier. Sur les mailing-lists internes Xebia certains n’ont pas hésité à décrire Chrome comme « la brique manquante aux architectures SOA ». Pendant que le débat fait rage, Google prépare probablement son prochain « coup » pour étoffer sa stack déjà bien remplie : Chrome, Gears, GWT, App Engine …

Chrome

Publié par

Publié par Erwan Alliaume

Passionné par les technologies Java/JEE depuis sa sortie de l'EPITA, Erwan Alliaume est aujourd'hui consultant chez Xebia. Il intervient depuis 2 ans sur des missions de développement et d'architecture pour l’un des leaders mondiaux de la production et de la distribution de contenus multimédia. Expert technique polyvalent, Erwan a été amené très tôt à prendre des responsabilités sur des projets de taille significative. Il a notamment développé des compétences clé dans la mise en place de socle de développement, la métrologie et les audits de performance et de qualité. Erwan participe également activement au blog Xebia ou il traite aussi bien de sujets d’actualités que de problématiques techniques.

Commentaire

3 réponses pour " Google Chrome – 1 semaine après … "

  1. Publié par , Il y a 11 ans

    «  » »Sur les mailing-lists internes Xebia certains n’ont pas hésité à décrire Chrome comme “la brique manquante aux architectures SOA” «  » »

    Hmmm… Vous devriez donner quelques arguments là dessus, je vois pas le rapport avec la choucroute.

    Sinon pour avoir tester Chrome, je suis repasser sur mon Firefox en moins de 10 minutes, trop de bugs (prob de javascript, des liens qui ne suivent pas ?!) Le coup d’un process pour chaque tab, dans le principe c’est bien, mais dans la réalité je me suis retrouvé avec un Chrome freezé parce qu’il ne voulait pas charger une page. Faudrait aussi que Google nous explique pourquoi Chrome fait autant d’accès sur le disque dur (avec mon vieux dd de portable, ma machine est vite submergée).

    Concernant le moteur V8, apparement la 3.1 (dev) de Firefox à déjà fait mieux (https://wiki.mozilla.org/JavaScript:TraceMonkey) : http://andreasgal.com/2008/09/03/tracemonkey-vs-v8/

  2. Publié par , Il y a 11 ans

    J’attendais cette question, merci de l’avoir posée !

    « Chrome et SOA », nous ne sommes pas les seuls à faire ce raccourci. Si je dois donner mon avis, les arguments donnés sur les blogs des sites comme InfoWorld , ZDnet ou NewsFactor restent légers voire confus.

    À mon sens, le meilleur argument reste encore celui-ci : avec Gears et la gestion fine de la mémoire et des processus, Chrome quitte un modèle ou le JavaScript s’exécutait dans un seul thread. Si la comparaison avec un système d’exploitation est plus qu’osée, Chrome en est tout de même un peu plus proche que ses concurrents. Et c’est ce nouveau mode d’interaction multithreadé qui pourrait permettre de laisser penser que Chrome est le point de départ d’une nouvelle ère de navigateurs, qui pourront et seront amenés à gérer simultanément de plus en plus de services.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous recrutons

Être un Xebian, c'est faire partie d'un groupe de passionnés ; C'est l'opportunité de travailler et de partager avec des pairs parmi les plus talentueux.