Publié par

Il y a 10 ans -

Temps de lecture 8 minutes

Premiers pas dans Android

Android

En novembre 2007, Google, des opérateurs mobiles et des fabricants de terminaux annoncent la création de l’Open Handset Alliance(tm). Le but de l’OHA : créer une plateforme mobile ouverte, riche, moins chère, et qui donne une meilleure expérience mobile. Quelques jours après l’annonce, l’OHA met rapidement à disposition une première version « early look » du SDK Android.
Un peu moins d’un an après la création de l’OHA, en septembre 2008, le premier mobile tournant sous Android est mis en vente sur le marché américain : le HTC G1. Enfin un système d’exploitation et des terminaux capables de rivaliser avec l’iPhone d’Apple (septembre 2008, soit un an et trois mois après la sortie de l’iPhone…) !

Comme pour l’iPhone, qui est sorti en France en novembre 2007 cinq mois après sa sortie américaine, les premiers téléphones Android arrivent avec un peu de retard sur le territoire français ce mois-ci. Les plus impatients avaient déjà importé l’Android Dev Phone 1 (version développeur du HTC G1). La sortie du HTC G1 chez Orange il y a quelques jours et la sortie du HTC G2 chez SFR, fin avril, va donner aux développeurs Java hexagonaux l’occasion de développer des applications mobiles dans leur langage préféré.

La plateforme présente en effet plusieurs intérêts pour le développeur Java :

  • les applications Android sont développées à 100% dans le langage Java. Si vous vous êtes frottés au SDK de l’iPhone et son langage ObjectiveC, et que Java est votre langage de prédilection, développer pour Android est un vrai bonheur
  • à l’image de l’AppStore d’Apple et de ses success stories vendues 1$ pièce, Android dispose d’un équivalent, l’Android Market. Il permettra à la fois aux entreprises et aux développeurs de mettre leurs applications gratuites ou payantes à la disposition des possesseurs de téléphone Android

Cet article vous présente les premiers pas du développeur Java dans la plateforme :

  • les téléphones à disposition pour tester ses applications,
  • les guides de développement,
  • exemples de code et livres à lire pour monter en compétence,
  • et les différents sites spécialisés à suivre pour se tenir au courant de l’actualité Android.

Android en France

Les téléphones

HTC Magic
HTC Dream

Orange a annoncé début mars avoir vendu 810 000 iPhone depuis sa sortie en France en novembre 2007. 810 000 iPhone, ce sont plusieurs centaines de milliers d’acheteurs potentiels d’applications dédiées à l’iPhone sur l’AppStore, la plate-forme de téléchargement d’applications mise en place par Apple un an après la sortie de l’iPhone, avec le succès qu’on lui connaît : des milliers d’applications, à des prix souvent très bas, compensés pour les éditeurs par le volume d’applications vendues, sur un modèle de partage des revenus entre Apple et l’éditeur (30% pour Apple, 70% pour l’éditeur). 810 000 iPhone en France, le retard est considérable pour la plate-forme Android, qui dispose elle aussi d’un magasin d’applications en ligne, Android Market.

Le premier téléphone sous Android à sortir en France est le modèle de chez HTC qui est disponible depuis plusieurs mois aux États-Unis et au Royaume-Uni, le HTC Dream (ou G1). Le Dream est commercialisé par Orange, qui au passage a gagné la première bataille qui l’oppose à SFR, puisque SFR sortira son premier téléphone sous Android avec plusieurs semaines de retard : le HTC Magic (ou G2). Là où le Dream est un téléphone à clavier assez peu sexy, le Magic est plus proche de l’iPhone : sans clavier physique (c’est un désavantage pour certains), un grand écran, et des dimensions plus réduites que l’iPhone. Vous pouvez trouver un test très complet du HTC Magic sur le blog presse-citron.

Quelles sont les perspectives de vente pour ces deux terminaux ? Si l’on regarde de l’autre côté de la Manche, les volumes de vente du HTC Dream (G1) sont très proches de ceux de l’iPhone : pour 10 iPhone vendus, on vend 7 HTC G1 (source Nouvel Obs). Orange et SFR peuvent donc rapidement vendre plusieurs dizaines de milliers de terminaux Android d’ici quelques mois. Mais au-delà des « early adopters » qui vont se jeter sur les modèles de chez HTC, ce sont certainement la sortie de modèles sous Android des autres grandes marques qui devraient faire exploser le parc de terminaux sous Android en France. A priori, tout est réuni pour que les constructeurs se mettent à Android : Android est gratuit, et l’OS est équivalent ou supérieur sur certains points à l’iPhone OS propriété d’Apple. Si les constructeurs sont restés assez discrets lors du récent Mobile World Congress de Barcelone, ils sont plusieurs à avoir récemment annoncé des terminaux pour 2009 (LG, Samsung). Il va effectivement falloir patienter, certainement jusqu’au second semestre pour voir la sortie de ces mobiles, mais on peut espérer début 2010 avoir un parc de plusieurs centaines de milliers de téléphones en France sous Android, ayant tous accès à Android Market et aux applications que vous aurez développées !

Concours SFR

À l’image de l’Android Developer Challenge il y a un peu moins d’un an qui avait permis aux développeurs des cinquante meilleures applications de repartir avec un chèque de 25 000 $, SFR organise du 10 mars au 14 avril l’équivalent, le concours SFR Jeunes Talents Développeurs.
L’initiative permet de mettre en avant la plateforme, et les quatre lauréats (plus un prix du public) se partageront un chèque de 50 000€, qui devrait leur permettre de continuer le développement de leur application.

Android Market

Android market

Comme avec l’AppStore d’Apple, vous pouvez mettre les applications que vous allez développer à la disposition des possesseurs de téléphones Android sur Android Market. AppStore est un immense succès pour Apple, et pour les développeurs des applications les plus téléchargées et vendues, voici quelques chiffres issus de la récente keynote iPhone OS 3.0 :

  • 800 000 SDK téléchargés
  • 60% des développeurs ne connaissaient pas la plateforme de développement Apple
  • plus de 25 000 applications sur l’AppStore
  • plus de 800 millions d’applications téléchargées

L’Android Market est aujourd’hui bien loin de tous ces chiffres. Depuis seulement mi-février 2009, les développeurs américains et britanniques peuvent soumettre des applications payantes.
Si les débuts devraient être modestes pour les applications Android, les gains engendrés par la vente d’applications Android devraient s’approcher des chiffres de vente de l’AppStore en début d’année prochaine. Si Android obtient le succès qu’on lui souhaite, et que plusieurs grands constructeurs (faisant partie de l’Open Handset Alliance) sortent des téléphones Android, il sera aussi intéressant de développer des applications pour l’AppStore que pour Android Market.

La marche à suivre pour mettre son application sur Android Market est la suivante :

  • inscription au programme de développement, l’inscription coûte 25$ (100$ chez Apple)
  • mise en ligne de l’application, il n’y a pas de validation a priori des applications de la part de Google, on peut donc espérer que la mise en ligne soit bien plus rapide que sur l’AppStore (c’est un des reproches faits à Apple)
  • comme sur l’AppStore, les gains des ventes sont partagés (30% pour Google, 70% pour le développeur)
  • le développeur récupère ses gains via le « PayPal » de Google, Google Checkout (enfin une utilisation pour Google Checkout !)

Guide de développement, littérature, premiers développements

Android Developer

Android dispose d’un site dédié aux développeurs : http://developer.android.com. Commencez par télécharger le SDK ici : http://developer.android.com/sdk, vous pourrez également télécharger le plugin Eclipse en suivant les indications données dans le guide d’installation du SDK.

Le site développeur vous propose également :

Le guide de développement est (évidemment) très bien écrit : vous y trouverez notamment une introduction à Android et le traditionnel Hello, World. La partie Framework Topics est complète et détaille les différents composants de la plateforme Android, mais est quelque peu indigeste. Si vous arrivez à manipuler les Intents à la seule lecture de la page qui les présente, félicitations ! Cette documentation manque d’exemples de code concrets. Le SDK et l’émulateur sont accompagnés d’applications exemples, mais cette fois-ci ce sont les commentaires associés à ces exemples qui manquent.

Professional Android Application Development

Quelques livres dédiés à Android sont déjà disponibles, nous vous recommandons fortement Professional Android Application Development, par Reto Meier, que nous avons lu, et qui vous permettra de monter en compétence sur la plateforme, grâce à de nombreux exemples de code concrets. Ce livre est un parfait complément au site développeur d’Android.

Enfin, un mot au sujet des listes de développement. Elles sont très actives, c’est un signe de bonne santé du projet et de la plateforme, mais elles le sont trop pour les suivre quotidiennement en s’y abonnant par email (plus d’une centaine de messages par jour). Vous pourrez en revanche facilement y trouver des informations par l’intermédiaire d’une recherche dans les groupes.
Si vous préférez le format « forum », le forum anddev.org est assez actif. Il n’y a pas encore de forum dédié à Android sur developpez.com (mais vous pouvez y trouver un tutoriel Hello, World très bien fait).

Les sites dédiés à Android à suivre

Enfin, voici une liste de sites qui vous permettront de suivre de près l’actualité de la communauté Android : sortie des nouveaux téléphones, de nouvelles applications dans Android Market, ou articles sur le développement d’applications Android.

Sites Français :

Sites Anglais :

J’y parle régulièrement d’Android, vous pouvez me suivre sur Twitter en cliquant-ici :

Publié par

Commentaire

5 réponses pour " Premiers pas dans Android "

  1. Publié par , Il y a 10 ans

    Très bon article.

    Une petite remarque tout de même : « Enfin un système d’exploitation et des terminaux capables de rivaliser avec l’iPhone d’Apple (septembre 2008, soit un an et trois mois après la sortie de l’iPhone…) ! »
    -> Cela fait plus entre 3 et 5 ans (je ne me souviens plus de l’année) que mon vieux Sony Ericsson surclasse largement l’iPhone à part sur la présence de l’accéléromètre si on parle de fonctionnalités et de performances. Il aura finalement fallu plusieurs années à Apple à construire un véritable smartphone (firmware 3.0) un peu comme il a fallu de nombreuses années à Microsoft pour faire un ordinateur (aka un mac) avec Windows Vista et plus particulièrement Seven.

    Bien sûr, si on parle d’estéthique, c’est différent (et que l’on ne confonde pas avec l’ergonomie car si elle est globalement bonne, il y a bien meilleur).

  2. Publié par , Il y a 10 ans

    Concernant la repartition du revenu de la vente des applications, I’ll me semble que google ne prend rien. Par contre le de veloppeur doi effectivement se contenter de 70% car le reste est reparti entre l’operateur et le constructeur du mobile.
    (Poste de mon G1 …)

  3. Publié par , Il y a 10 ans

    Si Google prend quelque chose sur les 30% restants mais de l’aveu même d’Orange, Google est très généreux.

  4. Publié par , Il y a 10 ans

    Deux questions sur les gphone proposés en France par SFR (bientôt) et Orange:

    1/ Peut-on installer ses propres applications sans passer par l’Android Store (cela necessite de mettre le téléphone en mode debug et d’utiliser adb je crois).
    Dit autrement, est-ce que les opérateurs imposent des limitations par rapport aux possibilités du SDK officiel.

    2/ Aura-t-on la possibilité de connecter via wifi/btusb le gphone au pc et l’utiliser comme routeur (le tethering en anglais je crois) pour naviguer sur internet sans passer par le mode modem qui implique en général une facturation hors forfait ;-)

  5. Publié par , Il y a 10 ans

    Bonjour Christophe,
    J’ose bien espérer que que l’on puisse effectivement installer des applications autres que celles du google market. Aux US, les téléphones vendus pour T-Online ne sont pas bloqués dans ce sens.

    Plusieurs applications sont disponibles pour transformer votre téléphone en clé (via wifi, bluetooth et usb), la majorité d’entre elles ont été retirées du market mais sont téléchargeables et installables depuis leurs sites respectifs. Mot clé de recherche : tether.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous recrutons

Être un Xebian, c'est faire partie d'un groupe de passionnés ; C'est l'opportunité de travailler et de partager avec des pairs parmi les plus talentueux.