Revue de Presse Xebia

Revue de Presse Xebia
La revue de presse de l’actualité Java/J2EE hebdomadaire proposée par Xebia.

Actualité éditeurs / SSII

RIA

Le coin de la technique

Evènements de notre communauté en France et à l’étranger

Actualité éditeurs / SSII

Yahoo! distribue Hadoop

Yahoo! a annoncé la disponibilité de leur propre distribution du projet Hadoop. Répondant à une demande de la communauté qui souhaitait avoir accès aux modifications effectuées par Yahoo! en interne, cette distribution est basée sur la dernière version du projet Hadoop disponible auprès de la fondation Apache.

Avec 13 committers sur les 22 que compte au total Hadoop, Yahoo! porte largement ce projet dont la popularité croît rapidement. Dans un contexte où Google, son concurrent direct, affirme fortement sa présence dans le domaine du calcul distribué et sur le très convoité bien qu’émergeant marché du Cloud Computing, le projet Hadoop constitue une belle vitrine technologique pour Yahoo!.

Souhaitant couper court aux inévitables accusations de tentative de fork ou de prise de contrôle du projet qui n’ont pas tardées à arriver, Yahoo! précise sur la page d’accueil de sa distribution que l’ensemble des patchs apportés par cette dernière ont déjà été contribués à Apache mais ne sont pas encore apparus dans une version stable.

JBoss et eXo fusionnent leurs solutions de Portlets

JBoss a annoncé la constitution d’un partenariat avec eXo qui va donner lieu à la fusion de leur solutions de Portlets respectives : JBoss Portal et eXo Portal. C’est assez logiquement la solution de JBoss qui survivra à cette fusion.

En pratique, le portail résultant proposera les spécificités suivantes aux utilisateurs :

  • L’expertise de JBoss sur son moteur de Portlet qui était plus abouti que la solution d’eXo en terme de performance et de modularité.
  • L’interface utilisateur d’eXo Portal ainsi que les possibilités d’administration confortables qu’il apportait.
  • Le support des Portlets 2.0 telles que définies par la JSR-286. Les deux portails supportaient déjà cette spécification finalisée il y a un an.
  • Les deux entreprises seront a priori à même de proposer du support sur JBoss Portal

Cette information a été relayée par le Touilleur, et Janus Boye propose une analyse des impacts de cette fusion pour les clients actuels de l’une des deux solutions existantes.

Refonte de JBoss Messaging

JBoss Messaging est une brique importante de la plate-forme entreprise de JBoss. Après avoir entrepris une ambitieuse refonte de son serveur d’application, l’éditeur réitère l’opération avec son middleware de messages. JBoss Messaging 2.0 vient en effet d’être mis à disposition en version beta. Tim Fox, project lead de Messaging, précise que cette nouvelle version ne réutilise que 5 % du code de son prédécesseur. Parmi les nouveautés, on notera en particulier :

  • Embarquable dans n’importe quel type d’application et intégrable facilement à JBoss MicroContainer ou à d’autre framework d’injection de dépendances (Spring ?)
  • Stockage performant des informations de journalisation
  • Stockage JDBC s’appuyant sur Hibernate
  • Support des messages de grosse taille
  • Moteur NIO supportant TCP, SSL, HTTP et APR

Il est intéressant de noter que JBoss Messaging 2.0 s’appuiera sur un moteur NIO basé sur Apache Mina. Ce choix est inattendu, dans le mesure où JBoss publie Netty, un framework concurrent de Mina créé il y a un an par Trustin Lee, alors committer sur le projet Mina. Le framework NIO d’Apache bénéficiant d’une plus grande maturité et d’un support APR aura probablement eu raison du corporatisme.

Par ailleurs, le support d’AMQP, STOMP et REST devrait arriver d’ici la version finale 2.0 selon Tim Fox. Ces technologies de transports constituent un attrait stratégique important : AMQP dispose d’un fort potentiel en tant que protocole standard de transport de messages M2M, STOMP assure la compatibilité avec d’autres middlewares de messages, et REST permet de s’aligner sur ActiveMQ et d’offrir un accès Web Service au MOM non sans rappeler Amazon Simple Queue Service.

RIA

AjaxSwing 2.4

Un projet qui fait beaucoup de bruit en ce moment, avec entre autres une présentation / démo à Java One, c’est Eclipse RAP. Pour résumer, un projet de type RAP sera très similaire à un projet RCP, à la grosse différence que la cible ne sera pas le desktop mais le browser. Cela veut dire que l’on continue à développer en SWT like (RWT) avec toutes les compétences acquises pour le développement d’un client lourd mais qu’on obtiendra au final un client léger.

Mais qu’en est-il pour Swing ? C’est du côté de chez TSS que l’on apprend la release 2.4 d’un projet faisant le pont entre Swing et HTML : AjaxSwing.

L’outil convertira votre application Swing en application HTML / Javascript au runtime (à l’inverse de GWT qui le fait à la compilation). Aucune modification spécifique ni connaissance particulière n’est demandée par AjaxSwing : le code est en pur Java / Swing. Que du bonheur :) Reste maintenant à voir sur un projet d’envergure si tout se fait réellement sans coup de tournevis particulier…

Pour les nouveautés de cette 2.4, on note :

  • Amélioration mémoire (vidage du buffer entre les requêtes)
  • Meilleur support des mouse listeners
  • Amélioration de composants (FileOpenDialog, JTable cells…)
  • Meilleures performances (regexp, communication serveur…)
  • Plusieurs corrections de bugs

Plusieurs démos sont disponibles avec des applications en Java Web Start et les mêmes en Ajax. Et bien sûr un lien vers les pages incontournables : licences et téléchargement.

Le coin de la technique

SoapUI 3.0 se prépare

Eviware relaie via The ServerSide, l’annonce de la sortie en version 3.0beta de SoapUi, l’outil graphique pour manipuler des WebServices.
Après l’ajout de la gestion de services REST, ce nouvel opus continue sur la même voie pour faciliter encore leurs manipulations :

  • A partir des différentes requêtes et réponses, l’outil génère un schéma XML de validation/WADL des flux et ce même si le contenu échangé n’est pas du XML (par exemple JSON ou HTML)
  • Ajout du support des opérations OPTIONS et TRACE
  • Montée de version de la spécification WADL.
  • Comme pour le taux de couverture de test des opérations d’un WSDL, il est maintenant possible d’avoir le même calcul sur les ressources, méthodes et paramètres REST (accessible seulement pour la version pro).

De plus, cette nouvelle version comporte entre autres les fonctionnalités suivantes :

  • Support de JavaScript : dorénavant, en plus de groovy, il possible d’utiliser du JavaScript comme langage de script
  • L’outil WS-I utilisé pour calculer son niveau de conformité WS-I Basic Profile est maintenant packagé avec SoapUI
  • Le navigateur de composant est amélioré pour permettre la vision de réponse HTML et REST au contenu complexe (ex : FLASH, SVG, Images…)

A ceci s’ajoute la correction de bugs (voir la realease note complète). SoapUi se positionne encore plus comme l’outil incontournable pour manipuler WebServices et Services REST.
Bientôt sur notre blog une série d’article présentant les principales fonctionnalités de l’outil.

Comparaison Gigaspace – Coherence

Gojko Adzic (via TheServerSide) propose sur son blog une intéressante comparaison entre deux des produits phares du DataGrid, Oracle Coherence et Gigaspace XAP (dommage d’avoir laissé de coté IBM eXtrem Scale).
Cette comparaison porte sur cinq points :

  • Cache de données : match nul, les fonctionnalités des deux produits sont quasi identiques.
  • Processing : Gigaspace possède un modèle de processing orienté évènements et offre un bonne intégration de Spring Transaction. Coherence est plus limité.
  • Déploiement : Gigaspace se positionne en remplacement des serveurs d’applications, et possède donc des mécanismes de déploiement comparables, ce que Coherence ne propose pas. D’un autre coté, le produit d’Oracle offre un mécanisme de sérialisation qui autorise plusieurs version d’une même classe à être déployées sur une grille.
  • Scaling : Coherence offre un scaling dynamique (à la hausse comme à la baisse) là où Gigaspace ne fonctionne qu’avec un nombre de nœuds données.
  • Persistance : là encore, les fonctionnalités offertes sont très comparables

Et comme d’habitude dans ce genre de comparaison, pas de vainqueur, pas de vaincu, seulement deux produits qui répondent à des besoins différents :

  • Gigaspace XAP, plus apte à remplacer des serveurs d’applications et réaliser du calcul distribué. Le modèle de processing est plus flexible et plus riche que celui de Coherence
  • Coherence, très performant dans les grilles passives (lecture seulement), car il scale dynamiquement, offre une topologie de données flexible et possède de riches librairies clientes.

Pour résumer, cet article propose une très bonne grille d’aide à la décision.

L’invocation dynamique pour Java se concrétise

Rémi Forax, l’un des 4 committers d’ASM, un framework de manipulation de bytecode largement utilisé dans le monde Java, vient d’annoncer que leur dernière version supportait l’instruction invokedynamic.

Cette instruction est définie par la JSR-292 et vise à simplifier l’invocation de méthodes non connues lors de la compilation, ce qui constitue une des principales capacités des langages dynamiques tels que Groovy. Un gain significatif de performance est donc attendu pour ces langages, puisqu’ils n’auront alors plus à s’appuyer sur un coûteux mécanisme d’introspection ou de génération dynamique de bytecode d’invocation.

Au delà des langages dynamiques qui sont les premiers destinataires de cette JSR, de nombreux frameworks pourront également profiter de cette possibilité. En effet, la manipulation de JavaBeans et d’annotations, deux concepts majeurs dans le monde JEE actuel, induisent de nombreuses invocations de méthodes découvertes au runtime. Dans de larges projets, cela conduit actuellement à la génération massive de bytecode pour éviter de très lentes introspections, induisant une forte consommation de la PermGen des JVMs.

Le support de l’instruction invokedynamic par ASM, combiné au fait que le draft actuel de la JSR-292 est d’ores et déjà implémenté et disponible dans la preview de l’OpenJDK 7 depuis la b59, permet d’être optimiste quant à la finalisation prochaine de cette JSR.

Evènements de notre communauté en France et à l’étranger

Retour sur le CloudCamp

Un CloudCamp s’est tenu à Paris le 11 juin, réunissant un certain nombre d’acteurs du Cloud Computing. Les CloudCamps ont été initiés par Reuven Cohen et Dave Nielsen et visent a partager la connaissance et les expériences sur ce secteur émergeant.

Ce CloudCamp s’est révélé bien plus commercial dans son contenu que les JavaCamps : de nombreux partenaires ont ainsi présenté leurs solutions pendant environ une heure avant que les réelles sessions (au nombre de quatre, se déroulant en parallèle) ne commencent. De chacune d’entre elles, on retiendra :

  • Architecture du Cloud : une solution de Cloud Computing doit apporter abstraction, elasticité et automatisation. Si les deux premiers points sont d’ores et déjà couverts par les solutions actuelles, l’automatisation n’est en revanche pas encore une réalité. Ce point constituera un élément déterminant pour l’adoption du Cloud Computing.
  • Cloud et Sécurité : les problèmes de sécurité que l’on connaît aujourd’hui dans les SI demeurent avec le Cloud Computing, mais de nouveaux défis s’annoncent dans le cas de clouds accessibles publiquement et répartis à travers Internet sans forcément passer par un VPN dédié.
  • Cloud et Intégration : le constat est sombre. Les projets lancés par les différents éditeurs et fournisseurs surfant sur la vague du Cloud Computing ne suivent aucune standardisation. Changer de fournisseur ou de solution sur un projet constitue actuellement une modification majeure.
  • Aspects business du Cloud : l’émergence du Cloud Computing draine la création de nouveaux besoins à pourvoir. Les 3 niveaux d’abstraction du Cloud Computing que sont SaaS (Software As A Service), Paas (Platform As A Service) et IaaS (Infrastructure As A Service) apportent chacun leurs spécificités en termes de monétisation et d’opportunités.

Publié par

Publié par Xebia France

Xebia est un cabinet de conseil international spécialisé dans les technologies Big Data, Web, les architectures Java et la mobilité dans des environnements agiles. Depuis plus de 15 ans, nous avons la volonté de partager notre expertise et nos actualités à travers notre blog technique.

Commentaire

5 réponses pour " Revue de Presse Xebia "

  1. Publié par , Il y a 10 ans

    Une petite faute au format JSON, ecrit JASON dans votre post.

    Et quel est l’interet de transformer du JSON lisible facilement en XML pas lisible ?

  2. Publié par , Il y a 10 ans

    Malgré la flexibilité offerte par le langage Scala, il ne peut en effet pas être défini comme dynamique.

    Cet abus de langage a été corrigé.

    Michael Figuière (Xebia)

  3. Publié par , Il y a 10 ans

    La dernière version de soapUI propose de générer un schema XSD de validation à partir des échanges avec le service REST.
    L’outil propose cette fonctionnalité même lorsque le contenu échangé n’est pas sous la forme d’un XML : par exemple en JSON ou du HTML.

    J’ai modifié cette partie dans l’article pour qu’elle soit maintenant sans ambiguité.

    Sylvain Barbot (Xebia)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous recrutons

Être un Xebian, c'est faire partie d'un groupe de passionnés ; C'est l'opportunité de travailler et de partager avec des pairs parmi les plus talentueux.