Publié par

Il y a 10 années -

Temps de lecture 3 minutes

Jazoon – Jour 2 – JavaFX

Hier, on a encore beaucoup parlé de JavaFX. Danny Coward, dans la conférence d’ouverture de la journée, annonçait que Sun comptait rattraper le temps perdu, en continuant sa politique de releases rapides, et que JavaFX connaîtrait une nouvelle version avant la fin de l’année (même si les fonctionnalités de cette version restent encore mystérieuses). Il faisait aussi son top 5 des fonctionnalités offertes par la version 1.2 :

  • Plus de plate-formes : un prototype de téléviseurs montré à JavaOne, le support (partiel) de Linux et Solaris, et la promesse de voir les téléphones de LG, HTC et Sony arriver bientôt sur le marché public
  • Plus de composant UI, tous skinnable à l’aide de CSS
  • L’ajout de layouts
  • De meilleures performances
  • Un meilleur accès et un meilleur usage des données

Etrange top 5 à vrai dire, puisque quelques uns de ses points ne sont que partiellement implémentés.

Mais Sun met en avant son produit, et les démonstrations effectuées par D. Coward restent relativement impressionnantes (table de photos FlickR, arbre fractal en mouvement, et même PacMan !)

Plusieurs conférences permettaient de prolonger l’expérience avec le RIA de Sun. Ainsi, nous avons pu suivre une démonstration mêlant deux des stars de Jazoon, à savoir Glassfish et JavaFX. En effet, le back-end d’administration de Glassfish V3 est exposé en REST et pilotable par les quatre verbes. Il a alors été facile pour Ludovic Champenois de récupérer la configuration de son serveur local pour l’injecter dans les samples de JavaFX 1.2. Ce qui donne un « livre » qui dévoile au fil de ses pages des domaines, des serveurs et des datasources… L’expérience s’arrête là, et il n’est pas (encore) question de créer une console Glassfish en JavaFX.

Autre sujet abordé, celui du casual gaming. C’est ce segment de marché qui pourrait permettre aux mobiles FX, ainsi qu’au Java Store, de décoller. La présentation très succincte a tout de même donné un aperçu des facilités apportées par JavaFX pour le développement des jeux. Etant donné la fragmentation du marché mobile, cela donne un avantage non négligeable à JavaFX. Cette présentation nous a donné envie d’en voir plus, à travers ce blog.

Dernière conférence, deux développeurs discutent à la machine à café de qui est le meilleur entre Android et JavaFX Mobile. Ils se lancent un défi de développer la même application sur 2 terminaux mobiles. Cela vous rappelle quelque chose ? Et pourtant, il s’agit d’une conférence donnée par deux ingénieur de Canoo (les grands esprits se rencontrent dit on…).
L’application JavaFX a profité des fonctionnalités d’échange avec Photoshop pour avoir un design très léché. L’application Android a tiré le meilleur parti de l’application framework et des composants gaphiques « out-of-the-box » (qui n’ont pas d’équivalent chez Sun). Au final, on obtient un match nul en terme de résultat (pas vraiment en terme de courbe d’apprentissage, ni de temps de développement, clairement plus courts sur la plate-forme de Google).
Pour le dernier slide de la conférence, l’assistance a été mise à contribution. Elle devait voter pour l’un des choix suivant :

  • 1. JavaFX Mobile va signer l’arrêt de mort d’Android
  • 2. Android va signer l’arrêt de mort de JavaFX Mobile
  • 3. Les deux technologies vont cohabiter pacifiquement
  • 4. Sun (ou une autre firme) va proposer un portage JavaFX sur Android
  • 5. Sun va poursuivre Google en justice pour non-respect du contrat de licence

La seconde proposition a remporté très largement l’adhésion de la salle, ce qui prouve que malgré le déploiement médiatique, et les nettes améliorations proposées de version en version, Java FX Mobile peine encore à convaincre.
Pour conclure, on pourra réfléchir à la remarque taquine d’un des membres de l’assistance : « il manque un numéro 6 dans les votes : Apple a déjà gagné la guerre »…

Publié par

Publié par Pablo Lopez

Pablo est directeur technique chez Xebia et formateur Hadoop certifié par Cloudera au sein de Xebia Training .

Commentaire

1 réponses pour " Jazoon – Jour 2 – JavaFX "

  1. Publié par , Il y a 7 années

    7. HTML5 a déjà gagné la guerre
    :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous recrutons

Être un Xebian, c'est faire partie d'un groupe de passionnés ; C'est l'opportunité de travailler et de partager avec des pairs parmi les plus talentueux.