Revue de presse

Revue de Presse Xebia
La revue de presse de l’actualité Java/J2EE hebdomadaire proposée par Xebia.

Actualité éditeurs / SSII

Le coin de la technique

Evènements de notre communauté en France et à l’étranger

Actualité éditeurs / SSII

Terracotta publie BigMemory en version stable

BigMemory le nouveau module livré avec la suite Enterprise Ehcache dont nous avions parlé dans une revue de presse précédente, passe en version stable. Pour mémoire, ce module permet de stocker une grande quantité de données dans la mémoire du processus Java sans impacter la heap. Le pari de BigMemory, est de diminuer la taille de la heap pour éviter la surconsommation du GarbageCollector tout en supportant un cache en mémoire vive à grande capacité. Ari Zilka le CTO de Terracotta interviewé sur InfoQ évoque des capacités montant jusqu’à 350Go. Pour stocker ses données en-dehors de la heap, BigMemory utilise les DirectByteBuffer supportés depuis la version 1.4 de la JVM. Les tests de performances réalisés par Terracotta sont assez impressionnants sur les temps d’exécution du FullGC en comparaison avec le stockage habituel dans la heap. Outre certaines craintes soulignées dans notre précédente revue, un des défauts de cette solution est de reposer sur la sérialisation des objets Java qui est connu pour ajouter un surcoût non négligeable lors de l’écriture et la lecture des objets dans le cache. L’utilisation de BigMemory se configure très simplement en ajoutant deux nouveaux attributs à la configuration du cache (overFlowToHeap et maxMemoryOffHeap):


La simplicité d’utilisation d’Ehcache ne souffrira donc pas de cette nouveauté. Avec BigMemory Terracotta semble s’armer pour concurrencer des produits comme Memcached, voir même, des produits de type noSQL avec Ehcache Search l’API de recherche pour Ehcache.

L’intégration continue dans les nuages

D’un côté nous avons Hudson, la plateforme d’intégration continue qu’on ne présente plus, développé par Kohsuke Kawaguchi, qui a quitté Oracle début avril pour fonder sa propre société, InfraDNA. Comme il l’explique sur son blog, le nom de sa société reflète sa vision de l’intégration continue en tant que partie prenante de l’infrastructure d’un projet. Il cite d’ailleurs le cas intéressant de Liferay qui s’est installé une ferme de 100 serveurs dédiés uniquement à Hudson pour apporter une vraie réactivité sur la qualité de leurs produits.

De l’autre côté, nous avons CloudBees, une société créée par Sacha Labourey, ancien CTO chez JBoss, qui propose depuis Août un service de Platform as a Service, pour les applications Java. Comme il l’est expliqué sur la « vision » de la société, CloudBees a pour objectif avant tout de proposer un environnement pour gérer les cycles de vie d’un projet pour des outils comme Maven, Git, Svn ou … Hudson ! Dans cette perspective il s’agit de promouvoir ces outils comme des Software as a Service, comme nous l’explique Sacha Labourey ici:

And while CloudBees’ platform will initially appeal to end-user companies, our platform is built with ISVs in mind : we envision that most ISVs will have to morph into a SaaS model if they want to outlive their SaaS competitors.

(ISV signifie éditeur logiciel)

Il était donc assez naturel que les deux groupes se rejoignent. L’offre est encore en béta mais nous pouvons déjà avoir une idée du prix de l’abonnement. Celui-ci se découpe en deux parties (ces prix seront peut-être réajustés avec la fin de la version béta):

  • un abonnement mensuel de 25$ ou 35$ par mois selon le nombre d’utilisateur et de dépôts SVN ou GIT
  • un paiement à la carte de 1 cent par minute utilisée par Hudson pour la construction du projet

L’avantage de ce mode de paiement est que cela pousse à une rationnalisation de la construction de ses projets qui ne peut qu’être bénéfique. A surveiller également si à plus long terme il est prévu une offre sur étagère qui pourrait convaincre les entreprises toujours réticentes à externaliser leurs données pour des raisons compréhensibles de sécurité.

Le coin de la technique

JDK7 & JDK8 arrivent !

Non, nous ne reviendrons pas sur les récentes news autour de OpenJDK et de Oracle/Google/Apache/IBM/Apple etc… car cette fois c’est bon, on sent réellement que Java 7 est sur les rails! En effet, Oracle a profité de Devoxx pour annoncer officiellement les JSRs « umbrella » pour Java 7 et Java 8. Ce sont donc des JSRs qui en regroupent d’autres, déjà existantes et sur lesquelles InfoQ nous fait un petit topo.

Java 7 est défini par la JSR 336, regroupant elle-même:

  • la JSR 203, connue sous le nom de NIO 2 et améliorant la gestion des filesystems et des sockets. On se réfèrera à la description complète sur le blog de Masoud Kalali en 6 parties: 1, 2, 3, 4, 5 et 6.
  • la JSR 292, apportant l’instruction bytecode invokedynamic, très attendue par des langages comme Groovy ou JRuby afin de gagner en performances.
  • la JSR 334, connue en tant que « Project Coin », apporte du sucre syntaxique. Des petits détails pas fondamentaux mais contre lesquels nous pestons souvent en nous demandant « mais pourquoi on ne peut pas faire ca en Java ?! ». Avec le JDK 7, on pourra !

Mais d’autres bonus pourraient aussi être inclus nous indique Alex Miller: citons en vrac Unicode 6, des modifications des Locale, JDBC 4.1, des améliorations de Swing…

Pour le JDK 8, spécifié par la JSR 337, les choses commencent aussi à prendre forme avec la vraisemblable inclusion des JSR 308 (annotations sur les types), JSR 310 (like API inspirée de Joda-Time) et JSR 335 (le projet Lambda apportant les fameuses closures). Le projet Jigsaw, qui apporte lui la modularité d’une manière plus developer friendly que OSGI, devrait aussi être de la partie.

Cerise sur le gâteau, ces 2 JDKs sont même datés: juillet 2011 pour le JDK 7 et fin 2012 pour le JDK 8.
Pendant ce temps, un sondage complètement informel a permis de prendre le pouls des Devoxxiens et de leur attentes envers les futurs JDKs. Il semble que beaucoup d’entre nous, dans la communauté, seraient prêts à payer le prix d’une incompatibilité ascendante de Java pour permettre au langage de s’améliorer en réparant certaines de ses erreurs. Devrons nous en passer par là ? En tout cas ce n’est pas pour tout de suite et nous devrons nous contenter t’attendre le Next Big Java Language !

Evènements de notre communauté en France et à l’étranger

Devoxx 2010

La semaine dernière, se tenait à Anvers, le plus grand rassemblement (un peu plus de 3000 personnes) de la communauté java en Europe : Devoxx 2010.
Si vous souhaitez avoir un aperçu de ce qui s’y est passé, voici quelques retours des consultants Xebia présents à Devoxx 2010 (d’autres billets devraient arriver sous peu) :

A noter également, l’épisode 31 des Cast codeurs « Spécial Devoxx 2010″ enregistré sur place par Emmanuel Bernard et Antonio Goncalves avec deux invités : Nicolas Martignole et Michaël Figuière.

Billets sur le même thème :

Laisser un commentaire