Revue de Presse Xebia

Revue de Presse Xebia
La revue de presse de l’actualité Java/J2EE hebdomadaire proposée par Xebia.

Actualité éditeurs / SSII

Agilité

Le coin de la technique

Actualité éditeurs / SSII

Apache Harmony: encore des couacs

On se souvient des déboires récents du projet Apache Harmony: en opposition frontale à Sun puis à Oracle depuis 2007 au sujet du TCK, l’ambitieux projet d’implémentation Java sous licence Apache a vécu une année 2010 plutôt difficile. Jugez-en plutôt: en août 2010, Harmony fait les frais du procès fait à Google par Oracle pour violation de brevets Java au sein de la plateforme Android; la Fondation Apache a eu beau clamer n’y être pour rien, le mal était fait. En octobre, comme nous l’avions signalé ici même, c’est au tour d’IBM de quitter le navire pour rejoindre le très officiel OpenJDK, projet concurrent soutenu par Oracle; un mois plus tard, c’est au tour d’Apple de rejoindre les rangs d’OpenJDK, fragilisant encore davantage Harmony. Puis enfin, après une passe d’armes que nous avions retranscrite ici puis , nous vous annoncions avec regret, en décembre dernier, que la Fondation Apache, en représailles face à l’immobilisme d’Oracle, venait de claquer la porte du JCP.

Et voilà que la semaine dernière, Tim Ellison, président du PMC (Project Management Committee) du projet Apache Harmony, annonce sa démission, en prétextant le manque de plus en plus cruel d’effectifs et en posant même clairement la question de l’opportunité de déplacer le projet vers le tant redouté mouroir des projets Apache.

Apache Harmony a-t-il un avenir? On peut en effet en douter. Lors de la conférence « TheServerSide Java Symposium 2011 » à Las Vegas mercredi dernier, James Gosling n’a pas mentionné directement Harmony, mais a laissé entendre qu’Oracle avait fait quelques gestes: en direction de la communauté d’une part, avec l’adoption récente des spécifications de Java EE 7; et d’autre part en direction de ses concurrents, en enterrant la hache de guerre avec IBM et Apple.

Ces gestes, bien entendu, auront un prix. Or les intentions d’Oracle face à Google ne sont pas claires. Si les développeurs Android restent imperturbables, il semblerait bien qu’Oracle n’ait pas dit son dernier mot: Adam Messinger, qui s’exprimait aussi pendant la même conférence, a souligné qu’Oracle voyait en grand l’avenir de Java ME; en ligne de mire, on le devine, se trouve la plateforme Android prônée par Google.

Dans ce paysage assombri par les enjeux stratégiques entre poids lourds de l’informatique, et quelle que soit l’issue du différend qui oppose Oracle à Google, Harmony apparaît de plus en plus comme le prix à payer pour que l’on revienne enfin… à l’harmonie.

Agilité

Rien ne va plus

Il y a des semaines comme ça… tout allait bien quand 3 annonces coup sur coup font voler en éclat nos plus profondes convictions. Imaginez qu’enfant on vous apprenne que le Père Noël… Chut ! Ce n’est pas notre rôle de vous le révéler. Toujours est-il que 3 articles sont venus nous secouer récemment. L’agilité que l’on vous vante tant ? Et bien, non, finalement, ce n’est pas le remède miracle. Et Java, notre langage tant aimé ? Finalement, il nous ralentirait plus qu’autre chose ! Mais cela se comprend, c’est la notion même de programmation objet qui ne sert plus à rien ! Voyons de quoi il retourne.

  • A la conférence « TheServerSide Java Symposium 2011 », Jon Kern a donné une présentation dont la trame était que l’agilité n’est pas le remède miracle à tous les projets et toutes les situations. Non ?! Et bien si. Il s’en explique d’ailleurs dans une interview donnée quelques jours plus tôt: pour lui, passer à l’agilité requiert un changement dans les mentalités, dans tout le processus projet de l’entreprise. Il évoque aussi la possibilité d’être flexible dans la mise en place de l’agilité mais semble malgré tout d’accord avec John Clifford (dont nous vous parlions récemment) qui mettait en garde contre l’application de seulement quelques morceaux choisis de Scrum et le risque de se croire alors agile.
  • Java, notre beau langage, ferait souffrir les entreprises. Il serait trop verbeux, offrirait trop de choix et les projets seraient coûteux et complexes à maintenir. C’est développez.com qui nous rapporte les propos de David Duquenne, DG du groupe Open Wide Technologies. Mais finalement, plus que le langage lui-même, il semble que ce soit l’utilisation qui en est faite, à travers l’incorporation à tort et à travers de multitudes de composants open-source dont on ne maîtrise ni le développement, ni les licences, qui soit à surveiller. Quelques pistes sont évoquées pour éviter ces écueils: l’utilisation de Frameworks (ceux de Open Wide ?!), l’intégration continue, le recours aux approches agiles ou à de nouveaux paradigmes tels que le MDA ou la programmation fonctionnelle.
  • La programmation fonctionnelle, parlons-en justement. A l’université de Carnegie Mellon (Pittsburgh), elle remplacera en 1ère année l’apprentissage de la programmation orientée objet, cette dernière devenant optionnelle plus loin dans le cursus. Est-ce un choix raisonnable ? L’article d’InfoQ qui nous apprend la nouvelle ne semble pas complètement d’accord.

Le coin de la technique

Sortie de MongoDB 1.8

MongoDB a annoncé la sortie de la version 1.8 de la base de données NoSQL. La version précédente — 1.6 — datait d’août 2010. Cette nouvelle version ajoute plusieurs fonctionnalités, corrige quelques bugs et améliore nettement certaines fonctionnalités existantes.

Les release notes se trouvent ici. La version 2.5 du driver Java de MongoDB a par ailleurs été publiée la semaine dernière.

La nouveauté la plus attendue et la plus plébiscitée par les utilisateurs de MongoDB est la journalisation: grâce à l’écriture d’un journal des transactions, la récupération après un crash sera beaucoup plus rapide, et la pérennité des transactions sera renforcée au sein du système de stockage.

L’activation de cette option se fait uniquement au démarrage en ajoutant l’option « --journal » à la commande de démarrage. Les fichiers de journalisation seront alors stockés quotidiennement sous le répertoire « journal ». Suite à un arrêt normal du système, ceux-ci seront automatiquement purgés; suite à un crash, en revanche, au redémarrage de MongoDB l’ensemble des transactions décrites dans ces fichiers sera re-exécuté. L’option « repair » ne sera plus nécessaire.

Par ailleurs le sharding, fonctionnalité introduite dans la version 1.6, a bénéficié d’importantes améliorations internes qui permettront une meilleure performance et une meilleure reprise sur erreur, même si ces changements ne seront pas forcément ressentis par tous les utilisateurs.

Et enfin, parmi les autres fonctionnalités, on peut citer le support de l’authentification au niveau des jeux de répliques (replica sets), des nouveautés liées aux index, ou encore la recherche spatiale « sphérique »: jusqu’alors plate, la Terre est enfin redevenue ronde pour MongoDB!

Billets sur le même thème :

3 Responses

Laisser un commentaire