Publié par

Il y a 8 ans -

Temps de lecture 5 minutes

Revue de Presse Xebia

Revue de Presse Xebia

La revue de presse de l’actualité Java/JEE hebdomadaire proposée par Xebia.

Actualité éditeurs / SSII

Le coin de la technique

Actualité éditeurs / SSII

James Gosling rejoint Google !

James Gosling, l’emblématique père de Java vient d’annoncer dans un court billet qu’il venait de rejoindre la société Google. Nous nous rappelons qu’il y a tout juste un an, il annonçait son départ de la société Sun, peu après le rachat de Sun par Oracle. James Gosling s’est laissé une année avant de retrouver un nouvel employeur, lui permettant de prendre un break (en travaillant en freelance) et probablement de se libérer d’une clause de non concurrence.

James Gosling rejoint donc Google dans une période où les relations avec Oracle sont particulièrement tendues. Sa présence offrira un atout incontestable face aux poursuites effectuées par Oracle à l’encontre de la JVM Dalvik, et son expertise sera précieuse au développement d’Android.

Nous prêterons bien entendu une oreille attentive aux conséquences qui découleront de cette embauche et nous souhaitons à James bonne chance pour son nouveau poste !

Le coin de la technique

Un grand verre de Guice 3.0

TheServerSide nous apprend la sortie de Guice en version 3.0. Pour mémoire, Guice (prononcé « Juice ») est le framework d’injection de dépendance créé par Crazy Bob Lee de Google. Ce framework est souvent vu comme le concurrent historique de Spring. Et alors que Spring nécessitait d’écrire du XML à foison, Guice permit dès le départ de bénéficier des avantages liés au code Java et à son typage fort. On a d’ailleurs vu fleurir de nombreux articles vantant les mérites de Guice par rapport à Spring. Toujours est-il qu’aujourd’hui, Spring semble être encore le framework choisi par défaut la plupart du temps en entreprise. Sans doute parce qu’il fournit bien plus que de l’injection de dépendances. En même temps, Guice semble plébiscité pour sa légèreté. On le retrouve donc logiquement intégré à nombre des librairies comme le récent Maven 3. On notera d’ailleurs la cohésion de plus en plus grande entre les 2 projets, applaudie par Jason Van Zyl dans un post sur DZone. Guice est donc maintenant compatible Maven pour son propre build.

La grosse nouveauté est l’implémentation de la JSR 330. Avoir des annotations standard Java et pouvoir changer de provider de DI est un rêve qui prend forme ! Remarquons néanmoins que la documentation de Guice indique comme best practice de continuer à utiliser les annotations propriétaires Guice (que l’on différenciera donc à travers les packages des import les déclarant). On pourra aussi citer l’intégration de tierces librairies (Guava, CGLib…) qui a été refactorée pour les masquer à l’utilisateur et éviter qu’il ne les utilise. L’extension pour Struts 2, présente mais non fonctionnelle en Guice 2.0, a été corrigée. Vous trouverez la liste complète des nombreuses nouveautés sur le changelog.

Et pour coller à l’actualité, Techcrunch nous explique ce matin ce que fait Crazy Bob en ce moment: il vient d’être nommé CTO de Square, une startup spécialisée dans les moyens de paiement sur mobile. Au vu des logs svn de Guice, ca ne lui laisse plus trop le temps de s’occuper de son bébé !

Scala 2.9 est sur les rails

La première release candidate de la version 2.9 de Scala vient d’être annoncée.

Cette nouvelle version arrive après une petite année de développement et apporte un certain nombre d’évolutions dont :

  • le support des collections parallèles dont nous vous parlions à l’occasion de la venue de Martin Odersky au PSUG. Pour rappel, l’idée des collections parallèles est de tirer parti des architectures multi coeurs pour traiter les éléments d’une collection (filtrage, map, regroupements …)
  • l’apparition des blocs try-catch-finally génériques permettant de définir des handlers réutilisables pour traiter vos exceptions (plus de détails ici),
  • l’amélioration de la console Scala,
  • l’ajout du trait App qui a pour objectif de remplacer Application. Ce nouveau trait permet entre autre de récupérer les arguments passés au lancement de votre application,
  • l’extension de l’API collections, avec par exemple les méthodes minBy and maxBy qui sont un raccourci à la composition des fonctions map et min (ou max)
  • le support de l’annotation @strictfp utilisé pour le calcul en virgules flottantes.

Outre ces différentes évolutions, cette nouvelle version apporte un grand nombre de corrections de bugs et d’améliorations de performances.

Une description plus exhaustive des nouveautés de cette version est disponible ici.

Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, Miles Sabin nous annonce la sortie de la première bêta du plugin Scala IDE 2.0 pour Eclipse. La grande nouveauté de cette version est qu’elle est en partie développée par Scala Solutions, la société fondée par Martin Odersky.

Cette version 2 du plugin Scala promet une amélioration sensible de la stabilité, des performances et de nouvelles fonctionnalités. Elle apporte notamment une utilisation confortable de la completion, de la vérification de type en temps réel (l’inférence de type c’est génial, mais ça demande beaucoup de travail au compilateur) et de la navigation entre les classes sur de gros projets. Les utilisateurs d’Eclipse pour développer en Scala apprécieront la bonne nouvelle !

Publié par

Publié par Xebia France

Xebia est un cabinet de conseil international spécialisé dans les technologies Big Data, Web, les architectures Java et la mobilité dans des environnements agiles. Depuis plus de 15 ans, nous avons la volonté de partager notre expertise et nos actualités à travers notre blog technique.

Commentaire

6 réponses pour " Revue de Presse Xebia "

  1. Publié par , Il y a 8 ans

    Très intéressant, comme d’habitude. Par contre je me demandais (pure curiosité intellectuelle car dans les fait ça ne change rien) si on peut vraiment parler de de Dalvik comme d’une JVM étant donné qu’elle ne lit pas le bytecode Java.

  2. Publié par , Il y a 8 ans

    Merci pour ce retour Jean-Christophe.
    C’est effectivement une bonne remarque, Dalvik n’est pas une JVM à proprement parler vu qu’elle n’execute pas directement le bytecode java. Le ‘J’ était de trop :-)

  3. Publié par , Il y a 8 ans

    Oui, en même temps, s’il pousse Scala chez Google, je le vois mal devenir l’évangéliste de Scala en dehors de Google ; ou dit autrement, je ne vois pas ce langage devenir aussi populaire que Java.
    Par contre, la transition est plus aisée de Java à Noop : Google pourrait plus facilement redéfinir Dalvik comme la VM de Noop, et faire ainsi la nique à Oracle.
    Wait and see ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous recrutons

Être un Xebian, c'est faire partie d'un groupe de passionnés ; C'est l'opportunité de travailler et de partager avec des pairs parmi les plus talentueux.