Publié par

Il y a 8 années -

Temps de lecture 7 minutes

Revue de Presse Xebia

Revue de Presse Xebia
La revue de presse de l’actualité Java/J2EE hebdomadaire proposée par Xebia.

RIA

Le coin de la technique

Evènements de notre communauté en France et à l’étranger

RIA

JavaFx est mort, vive JavaFx 2 Bêta

Vous souvenez-vous de JavaFx ? Cette tentative de Sun de développer un nouvel RIA pour réaliser des interfaces riches sous téléphone mobile et desktop, basé sur un nouveau langage Fx Script, et ainsi concurrencer les ténors comme Flex, Android ou IOS. Annoncée à la dernière conférence JavaOne en septembre 2010, Oracle semble avoir suffisamment d’intérêt pour JavaFx pour développer une version 2 basée sur une toute nouvelle API en pur Java.

Ainsi, la version 2 vient de sortir en Bêta et force est de constater que le site qui lui est dédié est déjà bien documenté et les nouveautés sont nombreuses. Parmi les plus importantes, on peut noter:

  • Une API en Java. Celle-ci a été conçue pour tourner éventuellement sur d’autres langages JVM comme JRuby ou Scala.
  • Un nouveau moteur graphique 3D tirant parti du GPU des cartes graphiques.
  • Un nouveau moteur dédié au multimédia basé sur GStreamer.
  • Un composant web utilisant WebKit pour intégrer du contenu HTML dans JavaFx.
  • Une large palette de composants graphiques de haut niveau, comme les graphiques, les tableaux, les menus, etc. Une API est même fournie afin de permettre à tous de créer leurs propres composants.
  • Une interopérabilité avec Swing.

Pour le moment, les applications JavaFx ne tournent que sur Windows, mais, comme l’indique Richard Bair dans un post destiné à rassurer ceux qui s’inquiétaient de cet aspect, « JavaFX will be cross platform ». Il existe un plugin pour NetBeans alors que pour les autres IDE, il faut récupérer le SDK et builder le projet avec Ant.
Même si beaucoup sont sceptiques quant à l’avenir de JavaFx, Oracle suit sa roadmap: la version finale devrait arriver d’ici la fin de l’année. En attendant, vous pouvez toujours lire la doc d’architecture récemment mise à jour.

Le coin de la technique

Mark Reinhold liste les besoins du futur système de modules

A l’origine, le projet Jigsaw devait permettre d’alléger le JDK en permettant de le modulariser et ainsi de n’utiliser que les composants dont a réellement besoin une application. Le projet change avec le temps et vise maintenant, à terme, un système de modules permettant:

  • en interne au JDK, la convergence entre Java ME et SE;
  • en externe, de mettre à disposition des applications le système de modules qui était destiné à l’origine aux seules entrailles du JDK.

Mark Reinhold, l’architecte en chef Java chez Oracle, annonce sur son blog qu’il a ébauché un document de travail destiné à lister les besoins d’un système standard de modules pour Java. Ce document sera l’un des points de départ d’une éventuelle JSR « Java Platform Module System » mentionnée dans la JSR Umbrella de Java 8. Vu de l’extérieur, on ne peut qu’être étonné de voir qu’un projet débuté il y a de cela plusieurs années en soit encore à tâtonner de la sorte. D’autant que le positionnement par rapport à OSGI, qui est lui déjà fonctionnel depuis bien longtemps, semble encore se chercher.
Comme c’était le but, plusieurs réponses ont été faites à la publication de cette ébauche. Les 2 plus abouties sont les suivantes:

  • Celle de David Bosschaert. Celui-ci revient sur les bénéfices que nous pourrons tirer d’un système de modularisation directement dans Java. Pour lui, cela permettra de sensibiliser les développeurs à ces problématiques pour évoluer plus facilement ensuite vers OSGI. Il envisage même qu’il puisse être possible de se servir des implémentations existantes d’OSGI comme base de l’implémentation du Project Jigsaw. Nous n’avons pas fini de nous demander quelles sont les différences entre les 2 ! De plus, il soulève le point du format de définition des modules: il milite pour un format lisible par les humains, une sorte de MANIFEST.MF++ basé sur un DSL, alors qu’il est possible que ce format soit finalement du java compilé.
  • David Lloyd, lui, compte exposer son analyse en détail à travers une série de posts sur le blog de JBoss. La première partie de cette analyse correspond au 1er chapitre de l’ébauche de Reinhold. Lloyd y revient sur les notions de versioning, les relations entre les packages et les classloaders, le code natif et enfin la sécurité. Cette dernière est pour lui la grande absente même si les choses vont globalement dans le bon sens. Ses analyses de la suite du document de Reinhold devraient suivre.

Le projet Jigsaw semble donc repartir sur des bases qui, sans être nouvelles, se trouvent renforcées et élargies. Mais n’espérons pas le voir avant Java 8, et encore !

Evènements de notre communauté en France et à l’étranger

What’s Next

Nous vous l’avions annoncé ici-même: les 26 et 27 mai derniers se tenait la conférence What’s Next au Grand Rex à Paris. Organisée par Zenika, cette conférence gravitait autour des technologies et des outils de demain pour la plateforme Java et son écosystème. La revue de presse est l’occasion de vous faire un rapide retour sur l’évènement qui sera complété très prochainement par un article plus détaillé.

Nous avons d’abord eu droit à des conférences théoriques:

  • La Keynote d’Adrian Colyer sur l’actualité de SpringSource, très orienté CloudFoundry.
  • Une introduction au langage Clojure par Howard Lewis Ship: attention syntaxe difficile, idéale pour les utilisateurs de Lisp.
  • La gestion de la mémoire par Jevgeni Kabanov: du CPU aux différents GC, en finissant par la plateforme Azul Zing dépourvue de pause GC.
  • L’explication de ce que sont les WebSockets et de leur avantage par Brad Drysdale.
  • Java, son histoire et son avenir par Neal Gafter, suivi d’une courte présentation sur Windows Azure, la plateforme PaaS Java-ready de Microsoft.
  • Un cours magistral d’architecture par Theo Schlossnagle: couplage lâche, isolation des services, programmation défensive et monitoring en sont les maîtres-mots.
  • Akka et le modèle acteur, une autre façon d’aborder le développement orienté évènement avec un système scalable et disponible par Jonas Bonér.
  • Comment améliorer l’intégration continue par Kohsuke Kawaguchi, beaucoup d’idées et de propositions pour simplifier la vie du développeur.

Mais nous avons aussi eu le droit à notre lot de démonstrations, parfois captivantes :

  • Un tour d’horizon d’Eclipse Orion, l’IDE en ligne par Boris Bokowski. La performance de l’éditeur est impressionnante pour son moteur JavaScript, mais ses fonctionnalités en font plutôt un éditeur de texte basique.
  • Jags Ramnarayan nous présente SQLFabric en quelques slides et se lance dans une démonstration de création d’une base de données en SQL et pourtant dans le cloud, un no NoSQL.
  • Rob Harrop fait une démonstration de RabbitMQ en utilisant plusieurs langages de programmation, il se connecte même en Telnet à la file de messages, pour finir par une application en WebSocket avec NodeJS.
  • Michaël Chaize développe un client Twitter en Flex Mobile, pour lister les tweets sur la What’s Next. Il le déploie ensuite sur plusieurs supports Tablette et Mobile Android.
  • Shay Banon a quant à lui tout fait dans un terminal pour nous démontrer les possibilités d’Elastic Search, un serveur REST au dessus de Lucene et fonctionnant en cluster avec partitionnement et réplication.

Vous l’aurez compris, cette conférence fut riche en enseignements. Quelques tendances ressortent de ces deux jours:

  • La scalabilité est sur toutes les lèvres.
  • Nous avons beaucoup parlé et vu des applications HTML5.
  • NodeJS émerge vraiment comme solution de premier ordre.
  • De même, le langage Scala suscite un intérêt grandissant.
  • Et enfin, et ce malgré la méfiance de Theo Schlossnagle, le cloud et le NoSQL se démocratisent.

Merci à Zenika pour l’organisation de cette belle conférence et à l’année prochaine pour la What’s Next 2012.

En attendant l’article plus détaillé, vous pouvez lire les comptes-rendus sur les blogs de Nicolas Martignole ou de Benoît Courtine.

Publié par

Publié par Xebia France

Xebia est un cabinet de conseil international spécialisé dans les technologies Big Data, Web, les architectures Java et la mobilité dans des environnements agiles. Depuis plus de 15 ans, nous avons la volonté de partager notre expertise et nos actualités à travers notre blog technique.

Commentaire

2 réponses pour " Revue de Presse Xebia "

  1. Publié par , Il y a 8 années

    Désolé d’arriver après le bouclage, mais je tiens à rappeler que tous les slides de la GR8conf ont été rassemblés et publiés sur SlideShare. Pour tous les amateurs de Groovy, il y a plein de bonnes choses à apprendre. Pour les autres, c’est un excellent point d’entrée pour vous y mettre ;-)

    Bonne lecture.

  2. Publié par , Il y a 8 années

    Hum, je suis un peu étonné qu’il ne soit pas fait mention (AFAIK) de HK, le système de modules sous-jacent à Glassfish: http://hk2.java.net/

    Si mes souvenirs sont bons, HK dipose d’une implémentation native et aussi d’une implémentation au-dessus de OSGi. La présentation qui en est fait – http://hk2.java.net/ – semble aller dans la direction souhaitée:
    «  »
    Modern large Java software usually rely on a module subsystem to offer a better level of isolation between parts of the application. Many technologies have been around for years, HK2 proposes a model which is aimed to be friendly to existing technologies such as OSGi by providing a direct mapping from its abstraction to most OSGi features while preserving the user code from dealing with modules directly in their code. The independence from OSGi APIs in hk2 enabled projects greatly simplifies the programmer’s life by concentrating on services and dependencies rather than on modules (building blocks).
    «  »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous recrutons

Être un Xebian, c'est faire partie d'un groupe de passionnés ; C'est l'opportunité de travailler et de partager avec des pairs parmi les plus talentueux.