Publié par

Il y a 8 ans -

Temps de lecture 6 minutes

ALE2011 – Day 1


Xebia sponsorise et participe en ce moment à la première conférence Lean et Agile d’envergure Européenne, ALE2011. Je vous avais déjà parlé du groupe Agile Lean Europe dans la RDP du 15 juin, et à l’époque la conférence était encore un projet plein d’incertitudes et dont la résonnance n’était pas assurée. C’est dire le chemin parcouru en l’espace de quelques mois pour mettre sur pied une organisation solide, un programme attractif, et une participation suffisante.

 
 
 

Le format de ALE2011 se veut « unconference », c’est à dire l’opposé d’une conférence avec présentations magistrales et participants passifs. Une « unconference » est basée sur l’immersion et l’engagement au travers de sessions ouvertes dont les sujets sont proposés par les participants. Le programme de ALE2011 a été conçu pour alterner différents types d’échanges:

  • Le matin est consacré à des présentations magistrales mais sur un format très court de 30 mn, il y a une douzaine de sujets par matinée avec une keynote d’introduction. J’ai le plaisir de présenter un sujet le 2è jour.
  • Le début de l’après-midi commence avec une série de lightning talks de 3 mn chacun, c’est un format très dynamique qui permet de décrire de nouvelles idées ou d’affirmer une opinion sans avoir à la justifier. Les particpants ont tous proposé un sujet en amont de la conférence et auront l’occasion de le présenter aux autres sur l’une des 3 journées.
  • Enfin le reste de l’après-midi est consacré aux échanges en format Open-Space Technology: des groupes d’échanges se forment sur la base d’un agenda créé spontanément et avec totale liberté d’aller et venir entre les groupes. Cette liberté de mouvement encourage des comportement de butineurs et polinisateurs.

Cette première journée a commencé avec une keynote de Rachel Davies dont vous trouverez un compte-rendu en anglais sur le blog de Markus Gartner. Vous trouverez également une interview video de Rachel ici.

Sur le premier créneau j’ai choisi la session des organisateurs qui présentaient la façon dont ils ont travaillé pour mettre sur pied la conférence en un temps record sans jamais se recontrer physiquement. J’y assistait pour avoir un retour d’expérience d’un projet distribué avec des objectifs ambitieux. Je retiens plusieurs idées intéressantes:

  • Une idée de départ plus délirante que réellement sérieuse: faire une conférence en Europe avec les propositions de sujets refusées à Agile2011 (on vous en parlait dans la dernière RDP), il faut croire que les déçues étaient nombreux car l’enthousiasme généré a transformé cette idée en une réalité.
  • Une organisation Lean et Agile sans point de contrôle, les organisateurs ont ainsi mis en place des « sofas » plutôt que des « chairs » pour prendre en charge les différents aspects de l’organisation. Un sofa est une équipe auto-organisée sans responsable.
  • Une série d’outils favorisant le travail distribué: Skype et Googledocs pour le travail à distance, LinkedIn pour l’activation du réseau, et Twitter pour recueillir immédiatement le feedback des participants potentiels.

J’ai ensuite assisté à une présentation très dynamique de Angel Medinilla, coach espagnol, sur l’inutilité des estimations. Un sujet polémique qui obtient de plus en plus de résonance dans le monde agile. La présentation avait le mérite de s’appuyer sur des mises en pratique d’une approche aussi radicale. J’y ai retrouvé certaines techniques que j’utilise moi-même pour la planification mais sans aller jusqu’à supprimer les estimations. La présentation est en ligne. Pour résumer l’esprit en une phrase: commencez par faire juste ce qu’il faut d’estimation, puis réduisez progressivement le temps que vous y passez, pour finalement les supprimer totalement. Angel a également fait un parallèle intéressant avec Kanban qui n’est pas basé sur les estimations mais sur des niveaux d’engagements de service en fonction du nombre d’éléments à développer.

Pour finir la matinée j’ai choisi la présentation de Vaidas Adomauskas traitant de la gestion d’un produit lorsque plusieurs équipes travaillent dessus. Vaidas a fait un retour d’expérience sans faux semblants sur l’organisation d’équipes par composant technique et le choix du Product Owner. J’ai aimé l’approche pragmatique qui consistait à choisir le PO parmi l’équipe de développement au démarrage du fonctionnement en agile, ce qui ferait hurler les puristes, puis à progressivement former le métier pour qu’ils s’approprient le rôle. La présentation est en ligne. J’ai discuté plus longuement avec Vaidas en fin de journée sur ses techniques de planification des user stories impactant plusieurs équipes. Son approche est limpide: lorsqu’une story impacte plusieurs équipes, le scrum master de chaque équipe, ou un membre désigné, se réunissent en amont du sprint planning pour que le Product Owner présente la story et la valeur associée. Ensuite les équipes s’organisent entre elles pour découper et se répartir le travail, le Product Owner ne décide pas quelle équipe va faire quoi. L’intégration est faite en cours d’itération et chaque équipe teste la user story dans sa totalité et pas seulement le bout qui lui est alloué. Auto-organisation, pilotage par la valeur, intégration continue, partage de la vision, tout y est! C’est simple comme bonjour et pourtant cette difficulté de gérer les backlog d’équipes collaborant sur un même produit revient régulièrement.

Pour information, les sessions sont toutes filmées et nous pourrons les visionner dans quelques temps.

Après les lightning talks en début d’après midi, nous avons démarré les propositions de sujet pour les discussions open space. J’ai proposé un sujet sur les déclinaisons européennes de l’agilité: les facteurs culturels induisent-ils des différences dans les obstacles rencontrés? Malheureusement le créneau prévu a coïncidé avec l’ouverture du buffet final et la discussion a tourné court par absence de participants (bière 1, Gilles 0). Un peu plus tôt, avant la ruée vers le buffet donc, les discussions auxquelles j’ai participé ne m’ont rien apporté de très nouveau:

  • Déploiement continu: principalement une présentation des principes mais rien de concret.
  • Visualiser le code legacy: quelques bonnes idées de métriques comme compter le nombre de changements éffectués sur le code pour identifier les parties les plus fragiles.
  • L’entreprise agile, session facilitée par notre collègue Néerlandais Eelco: j’ai attrapé cette discussion en cours de route et elle tournait alors au débat philosophique, dommage le début avait l’air intéressant. Vous pouvez visionner une interview d’Eelco sur ce sujet d’Entreprise Agile.
  • Histoires et solutions des obstacles à l’agilité: là aussi j’ai rejoins en cours de route, quelques échanges intéressants, même si cela tourne parfois en débat du type « ma transformation agile est plus grosse que la tienne ».
  • Retrospective des conférences Bathtube, un format de conférences virtuelles en soirée: les actions d’amélioration portent sur l’infrastructure et la responsabilité tournante de l’organisation

N’hésitez pas à suivre le hashtag #ALE2011 sur Twitter, nous sommes plusieurs à relayer les morceaux choisis des différentes présentations et discussions.

Publié par

Publié par Gilles Mantel

J'ai 13 ans d’expérience professionelle. Je suis impliqué sur des projets itératifs et offshore depuis 2001 et j'y ai occupé tour à tour les postes d'ingénieur qualité, responsable des tests, analyste fonctionnel, et directeur de projet. Je forme et j'accompagne les clients de Xebia dans l’adoption de méthodes agiles (SCRUM, XP) et de pratiques d’ingénierie pilotées par les tests (TDR, ATDD). J'ai développé mon expertise au travers d’interventions dans des domaines métiers aussi variés que l’industrie, l’e-commerce, l’édition logiciel, le luxe, le public, les télécoms, ou les banques d’investissement. J'intervient régulièrement dans les conférences traitant de l'agilité et des tests depuis 2008.

Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous recrutons

Être un Xebian, c'est faire partie d'un groupe de passionnés ; C'est l'opportunité de travailler et de partager avec des pairs parmi les plus talentueux.