Le Scrum Master est le majordome de l’équipe

Imaginons, vous devez recruter un Scrum Master. Vous êtes devant une feuille blanche, la fiche de poste. Il va falloir définir quelles sont les responsabilités et les qualités requises pour faire le job… Je vais tâcher de vous expliquer que pour trouver un bon Scrum Master, il faudra plutôt chercher Alfred que Batman.

Commençons d’abord par un petit rappel…

Les principales responsabilités du Scrum Master

  • C’est le garant de la méthode, du respect des principes, des valeurs et des pratiques ;
  • C’est un facilitateur ;
  • Il identifie les entraves et aide l’équipe à faire émerger leurs résolutions ;
  • Il vise l’amélioration continue de l’équipe, et son objectif idéal à ce niveau est qu’elle soit capable d’auto-organisation. En quelque sorte, il travaille à se rendre dispensable.

Ayant bien conscience que cela puisse paraître un peu court, si vous en voulez plus, une solution : la Scrum Master Academy.

Ces responsabilités définies, quelles qualités pourrait rassembler notre candidat ?

Servant leadership ?!?

Le Servant leadership est un concept apparu en 1964. C’est Robert K. Greenleaf qui a introduit cette notion, la première fois dans un essai intitulé "The servant as a leader". Si vous voulez vous le procurer, c’est par .

Depuis le concept s’est raffiné, et en 1995 dix qualités essentielles d’un "servant leader" ont émergé.

Parmi elles, intéressons-nous plus particulièrement à celles-ci :

  • L’écoute : un leader doit avoir la capacité d’écouter attentivement ses équipiers et les accompagner dans l’identification de décisions. 
  • L’empathie : il est capable de comprendre et de se mettre à la place de ses collègues.
  • La "guérison" (healing) : en permanence, il cherche à aider les personnes à résoudre leurs problèmes et les conflits. Il veut encourager le développement de chacun et de l’équipe dans sa globalité. Pour obtenir un environnement de travail agréable, où la peur de l’échec est absente.
  • La persuasion : il préfère convaincre qu’imposer (quitte à avoir tort, et à l’admettre).
  • L’engagement à faire grandir les gens : le leader encourage les idées de tous et implique les équipiers dans ses prises de décisions. Il cherche à construire une communauté.

Les "célèbres" majordomes de fiction rassemblent ce genre de qualités, qu’ils mettent en oeuvre pour que leurs employeurs puissent donner le meilleur d’eux-mêmes dans leur travail. Ainsi, Alfred permet à Bruce Wayne / Batman d’être efficace dans sa mission principale : protéger Gotham City. Il connaît et protège la double identité de son employeur. Il veille également à ce qu’il conserve un certain équilibre dans sa vie (un sorte de rythme durable dans ce cas). Il n’est pas toujours d’accord avec Batman concernant son attitude vis-à-vis des criminels (il garde sa capacité de recul par rapport à la manière dont le travail est fait, et n’hésite pas à critiquer le processus). Il entretient l’équipement de la Batcave et le Manoir Wayne, l’outil et le cadre de travail de Batman.

En somme, un tel ensemble de qualités permet de dresser le portrait-robot d’une personne capable de se mettre au service des autres.

Le Scrum Master, un leader, pas un chef

C’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi nous ça veut dire beaucoup. Un (vrai) Scrum Master n’est pas quelqu’un qui ordonne ou prescrit. C’est un leader, une personne qui est capable non pas de faire de ses équipiers des suiveurs, mais des leaders potentiels. Un leader n’est pas là par goût de la hiérarchie.

En cela, les qualités décrites par le concept de Servant Leadership sont très précieuses : cherchez à les détecter chez vos aspirants Scrum Master. Si un candidat les rassemble, ne le laissez pas partir :-)

 

3 Responses

Laisser un commentaire