Publié par
Il y a 4 années · 7 minutes · Android, iOS, Mobile

Quels KPIs pour vos applications mobiles ?

Alors que vous venez de terminer le développement de votre dernière application mobile, vous voulez désormais mesurer son succès auprès de vos utilisateurs. Vous vous demandez donc quels indicateurs peuvent vous permettre de suivre les performances de votre dernière née et ainsi vérifier si la stratégie mobile que vous avez mise en place est payante.

Dans un premier temps, le nombre de téléchargements apparaît comme un bon indicateur. Il est en effet important et seule une masse critique d’utilisateurs va vous permettre une analyse significative. Acquérir des utilisateurs est donc votre première étape 1 et continuera d’être une priorité tout au long de la vie de votre application. Cependant, cette notion de masse critique dépend énormément du contexte de votre entreprise. Le nombre de téléchargements peut donc très bien s’avérer ne pas toujours être un indicateur pertinent, et il ne doit pas être votre unique référence pour quantifier le succès de votre produit.

Je vais donc vous présenter ici 5 KPIs (Key Performance Indicator ou Indicateur Clé de Performance en français) qui peuvent vous donner une meilleure visibilité de la réussite (ou de l’échec) de votre app.

1. Utilisation

Si vos clients utilisent votre application, c’est qu’elle leur rend un service spécifique. En mesurant le nombre de fois qu’un utilisateur ouvre l’application, vous saurez si cette dernière atteint son objectif de réponse claire et simple au besoin que vous aviez identifié. Mais le décompte seul ne suffit pas, il vous faut connaître vos utilisateurs et comment ils utilisent votre app. Qui sont-ils ? À quelle fréquence utilisent-ils votre produit ? Est-il plus souvent ouvert en journée ou bien le soir ? Sur quelles plateformes ? Quels sont les chemins utilisateur les plus fréquents ?

Grâce à ces différentes métriques, vous pourrez améliorer vos campagnes marketing, identifier les fonctionnalités à renforcer et celles qui sont inutiles. Cela vous permettra de constamment améliorer votre application et, par conséquent, la satisfaction utilisateur ainsi que le revenu généré.

Parmi les outils pour suivre ces KPIs, je vous recommande la mise en place de Google Analytics, ou encore MixPanel, qui vous permettront d’identifier et suivre les utilisations de chaque utilisateur.

2. Nombre d’utilisateurs actifs et taux de rétention

Une autre métrique importante pour mesurer le succès et l’efficacité de votre application est le nombre d’utilisateurs actifs ainsi que le taux de rétention. En effet, si votre app fait le buzz et est téléchargée des milliers de fois sur une courte période, cela peut s’avérer très bénéfique sur le court terme; mais, si après un mois, plus personne ne l’utilise, elle n’aura pas forcément atteint son objectif ! Mesurez donc combien d’utilisateurs ont ouvert votre application au cours des 7, 30 ou 90 derniers jours et depuis combien de temps ils l’utilisent. La plupart des apps étant abandonnées au bout de 3 mois environ, vous saurez très vite si la vôtre remplit sa fonction !

Pour une vision simplifiée de ces mesures, une fois de plus Google Analytics va vous servir. Vous avez accès au nombre d’utilisateurs utilisant l’application, que ce soit leur première fois ou non. Cela vous donnera un bon aperçu de vos utilisateurs actifs et par extension de votre taux de rétention.

3. Temps moyens

Selon le besoin auquel répond votre application, vous allez pouvoir mesurer différents temps moyens pertinents : durée d’une session, fréquence d’utilisation, fréquence entre actions spécifiques, etc… Cette mesure dépend très fortement de votre business et c’est à vous de déterminer quels sont les facteurs importants. Par exemple pour une application de news, il peut être intéressant de comparer la fréquence d’utilisation avec le nombre de notifications envoyées, ou bien le temps moyen d’une session sur l’application. Cela vous permettra de mesurer l’engagement des utilisateurs vis à vis de votre produit et de vérifier que les cas d’utilisations que vous aviez identifiés correspondent bien aux cas réels.

Encore une fois, Google Analytics peut vous aider dans ces mesures. Un autre outil est cependant à noter : TestFlight / FlightPath. En plus de faciliter le partage de l’application avec vos testeurs durant le développement, cet outil vous offre la possibilité de récupérer les crashs, fonctionnalité utile pour la maintenance de votre application, et vous donne les temps moyens des sessions de vos utilisateurs.

4. Satisfaction utilisateur et expérience utilisateur

Point clé du succès d’une application, l’appréciation des utilisateurs est une métrique difficile à capter. Les commentaires et notes des clients sur les stores sont une première approche qui peut vous donner une bonne idée de la qualité de votre produit. Il ne faut donc pas hésiter à demander à l’utilisateur de laisser une note sur le store au sein de l’application, voire même le récompenser en échange de ce retour. Si vous avez les moyens, mettez en place une plateforme de feedback comme UserVoice et faites participer vos clients à l’amélioration du produit en leur proposant par exemple de voter pour les fonctionnalités à implémenter. Un client engagé dans l’amélioration de votre produit sera d’autant plus satisfait lorsque vous aurez écouté ses suggestions, et il n’hésitera pas à le faire savoir !

Pour accéder à ces métriques, vous avez bien entendu les pages stores qui vous donneront vos notes et classement. Mais pour un suivi mutualisé sur les différentes plateformes, je vous recommande AppAnnie qui vous permet de voir les notes, le nombre de téléchargements ou encore le CA généré sur iOS et Android.

L’expérience utilisateur va également vous permettre de constater l’efficacité de votre application, et par conséquent l’appréciation qu’elle peut donner à ses usagers. Elle est mesurable à travers les différents chemins d’utilisation que vous aurez identifiés et les temps moyens que vous aurez mesurés. En effet, si vos utilisateurs passent en moyenne 2 secondes par page sur 10 pages pour accéder à une information spécifique, on imagine bien la frustration que peut provoquer l’utilisation de votre produit. En mesurant finement vos cas d’utilisation, vous aurez donc la possibilité de voir les points forts et les faiblesses de votre ergonomie.

Là encore, Google Analytics s’avère un très bon allié si vous l’implémentez de façon fine. Vous aurez alors une vraie vision des parcours utilisateurs au sein de l’application et de l’ensemble des actions qu’ils mènent.

5. ARPU

L’ARPU (Average Revenue Per User) ou Revenu Moyen Par Utilisateur est bien entendu un KPI que vous souhaitez mesurer. Il se décompose en plusieurs facteurs selon votre business model :

  • le revenu des téléchargements
  • le revenu des achats In-App
  • le revenu des publicités affichées
  • le revenu des ventes générées

Tous ces facteurs sont à additionner et à prendre en compte dans votre calcul, mais ils ne sont pas les seuls ! En effet, prenons l’exemple d’un site de vente en ligne qui aurait une application catalogue. L’utilisateur parcourt l’application à la recherche d’un produit. Il ne va pas forcément réaliser son achat sur le moment mais peut-être plus tard sur le site web. Or ce revenu aura été généré initialement via l’app et est donc à prendre en compte dans l’ARPU mobile. On dénombre en moyenne qu’un utilisateur d’application va dépenser 15% de plus en ligne et 25% de plus de manière générale ! Soyez donc fins dans vos mesures.

Il faut également séparer les ARPUs en fonction des plateformes, car les utilisateurs d’iOS et de Windows Phone ont un ARPU plus élevé que ceux d’Android. Cela peut vous aider à identifier les plateformes clés pour développer vos applicatifs et savoir où vous devez mettre les bouchées doubles.

Voici donc une liste non exhaustive des KPIs que vous pouvez utiliser pour mesurer le succès de votre stratégie mobile. Pensez bien à identifier ceux qui sont les plus pertinents pour votre business car tous ne correspondent pas forcément à votre besoin. Je vous ai présenté ici différents outils qui vous permettent d’accéder à ces métriques mais il en existe beaucoup d’autres, donc n’hésitez pas à fouiller le web pour trouver ceux qui correspondent à votre besoin. Et dans le pire des cas, une implémentation maison fera toujours le travail !

Il ne vous reste plus maintenant qu’à créer votre outil de suivi de ces KPIs. À vos dashboards donc !


1 : Quelques techniques pour augmenter vos téléchargements sont énoncées dans ce précédent article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *