Les dix kanbandements

Ce petit mémo est destiné aux équipes qui viennent de mettre en place un Kanban et sont en cours d’acquisition des techniques.

Il est très simple, pensé sous la forme d’un aide mémoire dont il est facile de vérifier le suivi. Pour chaque item, une explication détaille ou explique la directive.

La mise en place d’un Kanban correspond très souvent à un changement d’organisation. Les premiers jours, les utilisateurs sont un peu perdus. Pour les aider dans les premiers pas, voici un aide mémoire.

Capture-d’écran-2014-01-14-à-11.13.33.png

Sur un mur très visible, tu m’installeras

Le Kanban est un outil de management visuel basé sur l’affichage des informations et leur visibilité par tous, on appelle cela le « self reporting ». On est souvent tenté de convertir le Kanban traditionnel en une application électronique. Malheureusement les cartes ne sont pas aussi visibles, il faut que les différents acteurs aillent ouvrir un tableau sur un écran et cherchent l’information… L’effet Kanban : « en un regard, quel que soit mon rôle, j’identifie les points importants » est perdu.

Ma structure tu soigneras

Les colonnes du Kanban doivent correspondre aux activités réelles des équipes.

Il faut veiller à n’omettre aucune étape et les matérialiser ou les intégrer aux étapes existantes selon le cas.

Les règles de passage tu fixeras 

La définition des conditions de passage d’une activité à une autre (Definition Of Done), pour chaque étape doit être comprise et acceptée par tous.

Avec des user stories de qualité (INVEST et BDD) tu m’alimenteras

Les user stories doivent être :

  • Indépendantes : pas ou peu d’adhérence avec d’autres User Stories.
  • Négociables : elles peuvent être challengées et modifiées tant qu’elles ne sont pas commencées.
  • Valorisantes : elles apportent de la valeur au produit.
  • Estimables : on doit pouvoir estimer leur taille.
  • Size appropriated : de la bonne taille, plutôt petites, sans être trop atomiques.
  • Testables : les User Stories doivent contenir toutes les informations nécessaires pour les tester.

BDD (Behaviour Driven Design) : la User Story doit décrire en langage naturel l’exhaustivité des comportements possibles, les cas de test doivent être tous détaillés.

De droite à gauche tu me liras

Un Kanban fonctionne en flux tiré, il doit donc être lu de droite à gauche.

 

Continuellement à jour tu me tiendras

Le Kanban est le support visuel de toute l’activité de l’équipe. Il doit être à jour en permanence.

 

Les limites tu respecteras

Grâce au mécanisme de flux tiré et de respect des capacités de Kanban, on évite les engorgements et les blocages. Évidemment tout ceci ne fonctionne que si l’on respecte les limites haute et basse de chaque étape. Les limites peuvent être réajustées de manière concertée et raisonnable afin que les User Stories soient en flux juste à temps.

 

Les blocages immédiatement tu signaleras

Tout blocage, tout problème risquant de freiner ou bloquer une ou plusieurs User Stories doit faire immédiatement l’objet d’une alerte.

 

Les indicateurs tu analyseras

Le Kanban fournit des informations précieuses permettant la prédictibilité de réalisation du produit. Ces indicateurs à analyser sont les KPI (indicateurs de performance) CC (cartes de contrôle) et CFD (Diagramme Cumulatif des Flux).

 

Régulièrement tu m’amélioreras (PDCA)

Le Kanban doit suivre un cycle d’amélioration continue (plan, do, check, act) ou (plan do, study, act).

 

Voici une synthèse graphique des 10 Kanbandements que vous pourrez afficher sur votre Kanban.

Un commentaire

Laisser un commentaire