Publié par

Il y a 5 ans -

Temps de lecture 3 minutes

Time2Marketing (Episode 3) – L’ère du numérique vue par le marketing

Suite et fin de nos billets concernant le salon Time2Marketing, je vous propose une synthèse des tendances du WebMarketing présentées lors des 2 jours de conférences. On y retrouve des thématiques aujourd’hui incontournable dans le monde du numérique : les réseaux sociaux (pour plus de détail, un article ici présente l’ensemble des bonnes pratiques), le marketing émotionnel, le Big Data ou encore les objets connectés.

Première session à laquelle j’ai participé, la discussion autour des objets connectés m’intriguait tout particulière puisque c’est un sujet assez chaud chez Xebia (quid des boitiers de vote à Devoxx France et Devoxx UK). Autour de la table pour cette discussion : BMW, BPCE, Al et une société spécialisée dans les objets connectés, bref du beau monde et des champs d’applications variés. Globalement, la vision des experts converge : il y a de la place pour les objets connectés sur le marché et nous sommes techniquement capables de proposer des choses intéressantes. Il ne faut néanmoins pas sous-estimée le manque de cas d’usages actuels. Par exemple, les montres connectées se vendent sur le marché mais les gens les utilisent-ils vraiment ensuite ? Les objets connectés permettent à la technologie de s’immiscer dans de nouveaux marchés (la santé connectée ou la maison connectée), il s’agit néanmoins là de publics moins avertis et pas toujours technophiles qu’il faut convaincre et surtout apprivoiser. Ainsi, l’enjeu des objets connectés sera de proposer une ergonomie assez simple pour être accessible à des personnes non expertes. La pédagogie est la clé :)

Au delà de la difficulté à appréhender la technique, un autre frein a été pointé du doigt par les experts. Chaque société développe son système d’objets connectés (Apple, Samsung, Google, etc.), chacun crée des alliances (BMW est devenu partenaire d’Apple par exemple) mais personne ne pense à la compatibilité des différents systèmes. Or, l’intérêt des objets connectés ne réside pas seulement dans la connection avec le système adéquat mais aussi dans la connection entre objets. Les constructeurs devront donc penser assez rapidement à permettre une communication entre différents systèmes pour exploiter tout le potentiel des objets connectés.

Un autre aspect grandement débattu a été la collecte d’informations. Tous ces objets, pour pouvoir communiquer, collectent de la donnée et l’envoient ensuite chez Samsung, Apple, BMW ou encore Google. Que se passe-t-il ensuite ? Les données sont-elles anonymisées ? Quel est le droit de l’utilisateur sur ces données ? Beaucoup de questions sont posées par de tels nouveaux usages et la loi n’est pas encore en mesure d’y répondre.

Pour conclure, si je ne devais retenir qu’une phrase : "D’ici 5 ans, les personnes qui n’auront pas de lunettes connectées seront comme les personnes n’ayant pas de Smartphones aujourd’hui". Les objets connectés vont envahir nos vies comme les Smartphones et les tablettes l’ont déjà fait depuis quelques années. À dans 5 ans donc ;)

La deuxième très intéressante session-débat à laquelle j’ai pris part traitait des "dernière tendances du marketing et du digital". Titre très flou et surfant sur la vague (le buzzword digital n’était même pas correct en français puisqu’il se substitue à son collègue numérique bien plus joli), je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Animé essentiellement par des auteurs des éditions Kawa, ce débat s’est avéré très intéressant et très instructif.

Les grandes lignes qui sont ressorties de cette discussion sont les suivantes : le partage et la création de lien humain sont au coeur des tendances du marketing numérique. Le marketing est donc émotionnel avant tout. Le succès de Bla Bla Car (un nom très loin d’être anodin !) ou encore les campagnes de publicité Coca Cola témoignent de ce trend.

Publié par

Publié par Audrey Pedro

Business Analyst / Proxy PO chez Xebia Studio

Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous recrutons

Être un Xebian, c'est faire partie d'un groupe de passionnés ; C'est l'opportunité de travailler et de partager avec des pairs parmi les plus talentueux.