Publié par
Il y a 7 mois · 6 minutes · Android, Mobile

Retour sur le Google Summer of Code 2016

Chaque année depuis 2005, Google propose aux étudiants du monde entier de contribuer à de nombreux projets open-source pendant les vacances d’été.

On retrouve dans ce programme de grands noms du logiciel libre : Debian, Git, Github, Jenkins, LibreOffice, MariaDB, Mozilla, Python, Ruby, Scala, VideoLAN.

Dans cet article, je vous propose de découvrir, en tant que mentor du projet éducatif Sugarizer pour Sugar Labs, ce programme qui en 2016 a permis de réaliser 1032 projets pour 178 organisations open source !

xebia-gogole-summer

Fonctionnement

Chaque année, Google annonce l’ouverture du programme sur le blog Google. C’est à ce moment là que les organisations peuvent candidater et être visible pour les étudiants.

Le point de rencontre se fait via le site dédié au Summer of Code réalisé par Google.

Les étudiants y voient ainsi les organisations participantes et peuvent proposer leurs services autour d’un projet. C’est à eux de faire une proposition ; ils peuvent néanmoins se baser sur les demandes de la communauté. Il ne peut y avoir qu’un seul étudiant par projet.

Une fois sélectionné, l’étudiant se voit attribuer un ou plusieurs mentors et dispose de 4 semaines pour apprendre à mieux connaître l’organisation open-source. Il peut ainsi se préparer au mieux à son projet en faisant des échanges avec la communauté. Cette étape fait partie du cursus imaginé par Google.

Les étudiants réalisent ensuite leur projet et sont évalués deux fois par leur mentor. Les critères d’évaluations concernent la motivation de l’étudiant, l’avancement du projet, la qualité du rendu, les liens avec la communauté.

Les évaluations ne sont pas réservées qu’aux mentors, les étudiants sont aussi invités à répondre à des questions.

Quels intérêts pour les étudiants ?

Les étudiants peuvent échanger et rentrer en contact avec les organisations open-source qui réalisent les outils et logiciels qu’ils utilisent au quotidien.

Il est parfois difficile de trouver le temps de se concentrer et d’intégrer un projet open-source mais grâce à ce programme, Google permet aux étudiants de se focaliser sur leurs contributions. De plus, une somme d’argent (5500 $) est reversée en guise de compensation et est échelonnée selon l’implication dans le programme.

C’est donc un bon moyen de contribuer, rencontrer des gens et coder pendant les vacances.

Quels intérêts pour les organisations open-source ?

Il est assez difficile d’amener des gens à l’open-source. Google permet de mettre en relation des étudiants motivés avec des organisations sur une période bien définie et orientée autour de projets.

C’est un très bon moyen pour accompagner un étudiant à contribuer et à connaître une organisation open-source. Une fois impliqué l’étudiant pourra même continuer à participer dans la communauté.

Tout le code produit est libre, Google ne bride aucunement les organisations.

Comment participer ?

Pour les étudiants, il suffit de se rendre sur le site au moment de l’ouverture du programme et de contacter les organisations open-source sélectionnées.

Pour les autres, vous pouvez entrer en contact avec les organisations pour voir leur besoins et peut-être aider à mentorer les étudiants.

Sugarizer, Sugar, Sugar Labs ?

  • Sugar c’est le système qui tourne dans les ordinateurs XO, le pc vert de One Laptop per Child. Il est réalisé avec du Python.
    C’est un environnement complet pour les enfants pour apprendre à lire, compter, écrire, dessiner, échanger de manière autonome ou en classe.
  • Sugarizer c’est la version HTML5 / Javascript de ce système, le but étant de pouvoir apporter cet environnement sur de nouvelles plateformes, que ce soit dans un navigateur web sur ordinateur mais aussi des téléphones ou des tablettes.
    Vous trouverez des liens pour essayer en ligne sugarizer et récupérer le code-source sur le site de Sugarizer
  • Sugar Labs c’est l’organisation open-source derrière ces deux plateformes.

xebia-google-summer-1 Toutes les informations du XO-1 sur wikipedia

Étudiant puis mentor

Sugar WebBasic Activity Set

J’ai participé à l’édition 2015 du GSOC en tant qu’étudiant. J’ai rejoint le projet Sugarizer en réalisant des applications pour enrichir la plateforme. Mon mentor était Lionel Laské, créateur du projet.

J’ai commencé par une calculette pour me familiariser avec l’environnement puis j’ai réalisé des applications plus fournies comme une application caméra/photo et galerie, un logiciel de dessin assez complet accessible à plusieurs, un jeu de mémoire lui aussi jouable à plusieurs et éditable pour pouvoir créer ses propres grilles.

Le gros challenge sur Sugarizer est d’avoir un code qui fonctionne partout ; c’est assez simple sur Chrome et Firefox, mais l’application est aussi disponible sur le Chrome Web Store et est packagée via Cordova Phonegap sur Android, iOS et Amazon Apps.

Il y a toujours des subtilités sur chaque plateforme qui peuvent causer des soucis, que ce soit la gestion du réseau, des canvas ou certaines API HTML5 non disponibles.
Sugarizer OS.
Cette année, j’ai pu participer en tant que mentor à l’édition 2016, toujours autour de Sugarizer. J’ai co-mentoré avec Lionel Laské le projet de Jérémie Amsellem : Sugarizer OS.
Le but de ce projet est de pouvoir transformer sa tablette Android en tablette Sugarizer pour obtenir une interface simple d’accès pour les enfants.
Sugarizer OS contient tous les programmes éducatifs Sugarizer et les applications Android.
C’est via un système de surcouches et de plugins que Jérémie a permis l’accès aux applications natives au sein de Sugarizer et à une interface de contrôle du Wifi.

Bilan et suite (Google Code-in)

Google propose un programme vraiment utile pour les organisations et étudiants, c’est un écosystème qui se renforce, le programme étant mondial, tout le monde peut participer et apporter son savoir au logiciel libre.

C’est une expérience que je vous conseille fortement !

J’ai en ce moment la chance de mentorer le Google Code-in, un autre moyen d’entrer dans le logiciel libre. Cette fois-ci, les jeunes de 13 à 17 ans sont concernés. L’approche est différente et propose de contribuer par d’autres moyens. Le jeunes peuvent choisir de s’assigner à des tâches, ils ont le choix des projets et peuvent réaliser des tâches non techniques.

Toutes les informations sont disponibles sur le site du Google Code-in.

Les mentors ne sont pas rémunérés par Google, la récompense est un voyage de quelques jours aux États-Unis, à Google pour une réunion des différents mentors.
C’est l’occasion de découvrir de nombreux projets, d’échanger et de se réunir pour améliorer le Google Summer of Code.
Vous aussi n’hésitez pas à contribuer. À Xebia on est fan d’open source, il suffit de venir aux hackergarten de Xebia pour s’en rendre compte !

xbeia-google-summer2

 Lionel Laské (twitter @lionellaske) et Michaël Ohayon (twitter @mikkl) de Sugarizer au Googleplex

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *