Revue de Presse Xebia

Revue de Presse Xebia
La revue de presse de l’actualité Java/J2EE hebdomadaire proposée par Xebia.

Actualité éditeurs / SSII

RIA

Le coin de la technique

Actualité éditeurs / SSII

Tibco dans les nuages avec Silver

Tibco a annoncé la semaine dernière la sortie prochaine de Silver, une plate-forme de Cloud Computing en mode PaaS (Platform as a Service). Cette offre entrera en phase de beta privée d’ici la fin du mois de juin et ne sera disponible qu’en 2010.

Dans un premier temps, Tibco a fait le choix d’adosser Silver sur Amazon EC2 (Elastic Compute Cloud) pour la partie infrastructure. L’objectif à terme est d’offrir une intégration avec un large panel des fournisseurs de plates-formes de Cloud Computing (y compris des plates-formes maisons) et ainsi de positionner Silver comme une plate-forme d’exécution universelle agnostique vis-à-vis de l’infrastructure qui la supporte.
Dans ses premières versions, Silver proposera des conteneurs pour l’exécution de composants Java, Spring, POJO, et Ruby et d’ici peu, Silver supportera également Python, Perl, C, C++, et .Net. Tibco adressera ainsi un panel très large de technologies de développement.

La plate-forme Silver vise à outiller cette infrastructure de Cloud Computing. Pour ce faire, Tibco capitalise sur son offre SOA ActiveMatrix afin de proposer :

  • Un modèle de composition et d’orchestration de services basé sur SCA (Service Component Architecture) : Tibco ActiveMatrix BusinessWorks.
  • Un backbone d’intégration, tiers d’inter-médiation supportant la communication et l’échange entre services au travers d’un large choix de protocoles de transport : Tibco ActiveMatrix Service Bus.
  • La supervision et la gestion des performances et des SLAs des services déployés : Tibco ActiveMatrix Service Performance Manager.
  • Un système de gouvernance pour la gestion du cycle de vie des services et de leurs règles d’utilisation (policies) : Tibco ActiveMatrix Lifecycle Governance Framework.

D’autre part, Silver tire largement partie du savoir faire de Tibco dans le domaine du CEP (Complex Event Processing) : Tibco BusinessEvents.
La combinaison des capacités de supervision des SLAs (et plus largement des performances) et des capacités de CEP de la plate-forme permet d’automatiser le provisionnement de l’infrastructure de Cloud Computing.
C’est là la grande promesse de Silver : proposer une plate-forme capable d’allouer (ou de désallouer) automatiquement des ressources à des services ou à des applications au sein de l’infrastructure de Cloud Computing en fonction de l’utilisation qui en est faite dans le temps. Ainsi, là où sur les autres plates-formes une intervention humaine est nécessaire pour faire jouer l’élasticité de la plate-forme, Silver adapte l’utilisation qui est faite de l’infrastructure en se basant sur ses capacités de monitoring dont les résultats sont traités au travers d’un modèle Evènement / Décision / Action s’appuyant sur les règles de gestion des SLAs.

Oracle s’investit dans JavaFx

Du moins, Larry Ellison, qui suggère de ré-écrire l’UI de OpenOffice en utilisant JavaFx.
En attendant cette hypothétique révolution, le framework de Sun a dévoilé quelques nouveautés durant JavaOne, en ajout à la sortie de la version 1.2 dont nous nous faisions l’écho la semaine dernière.

  • Démonstration d’un outil collaboratif de développement : en plus des annonces de renforcement du développement du plugin JavaFx-Eclipse, Sun a donné une démonstration publique d’un outil de création graphique assez impressionnant : gestion de la Scene, drag and drop de composants, d’effets… Reste à savoir quand celui ci sera disponible…
  • Autre démonstration, plus attendue, celle de JavaFx for TV, avec une application réalisant des prévisualisations et des téléchargements de films à partir d’un téléviseur LG.

G1 payant : une simple incompréhension

La semaine dernière, une simple petite phrase a suffit à déclencher un tollé :
Although G1 is available for use in this release, note that production use of G1 is only permitted where a Java support contract has been purchased. G1 is supported thru Sun’s Java Platform Standard Edition for Business program.
[…]l’utilisation en production de G1 n’est autorisée que pour les utilisateurs ayant acheté un contrat de support Java[…]
Oracle avait il sonné le glas des JVM gratuites ?

Visiblement, tout cela ne serait qu’un choix de mots malheureux, qui ont d’ailleurs été remplacés par la phrase suivante :
G1 is available as early access in this release, please try it and give us feedback. Usage in production settings without a Java SE for Business support contract is not recommended.
[…]l’utilisation en production [de G1] … est déconseillé en l’absence de support Java SE Business[…]

Par ailleurs, Alexis MP (Sun), en réaction à la publication de la news la semaine dernière, apporte quelques précisions dans son commentaire sur notre blog :

  • G1 peut être assimilée à une option (donc non essentielle) payante, comme cela se pratique chez MySql.
  • La monétisation du support Java SE Business n’est pas une nouveauté.
  • Sun est toujours indépendant, et ses choix et annonces ne sont pas influencés par Oracle

Réel quiproquo donc, sans conséquences? Quoi qu’il en soit, la communication de Sun a été bien maladroite, en ces temps où de gros doutes planent sur l’avenir de Java.

RIA

Sortie beta de Flash Builder 4 et de Flash Catalyst

Adobe a annoncé les sorties de ses nouveaux produits en version beta. Flash Builder 4, successeur du Flex Builder, supporte le Flex SDK 4 et propose de nouvelles fonctionnalités. Parmi elles nous noterons le support de Flex Unit, la possibilité de lier les données aux composants (ex : services Java). Une liste des nouveautés et améliorations est disponible ici.
Flex SDK 4 (Gumbo) nous arrive avec une nouvelle architecture : Spark Component. Cette dernière permet de séparer la gestion de la customisation, mise en page et de la logique des composants. Cette séparation a été effectuée afin que les futures versions du SDK puissent évoluer, tout en gardant la rétro compatibilité avec les SDK antérieurs. De plus, cela permet également d’avoir une gestion plus fine de la customisation des composants. Néanmoins, cela a entrainé l’arrivé d’une syntaxe MXML plus enrichie (= namespace supplémentaires) :

xmlns:fx="http://ns.adobe.com/mxml/2009"
xmlns:s="library://ns.adobe.com/flex/spark"
xmlns:mx="library://ns.adobe.com/flex/halo"

De plus, Flex 4 introduit le support de FXG : cette librairie permet de simplifier la création d’objets graphiques (rectangle, ellipse, …) ainsi que d’effets (transformations) pour la plateforme Flash. Les performances concernant la compilation ont été améliorées. Vous trouverez une liste des autres nouveautés ici.

Enfin, Flash Catalyst est arrivé : ce dernier nous donne la possibilité de « transformer » des artworks Photoshop et/ou Illustrator en interface utilisateur avec la collaboration de Flash Builder 4. Voici une vidéo assez impressionnante sur l’utilisation de ce nouveau produit. Le but est de pouvoir dérouler un meilleur workflow entre les designers et les développeurs. En effet, avec Flash Catalyst un designer peut faire une maquette sous Photoshop, ajouter les effets de transitions et de succession de pages. Ce dernier sauvegarde le projet Flash Catalyst qui pourra être utilisé par un développeur sous Flash Builder 4.

Cependant, nous noterons des interrogations : le coup des licences : actuellement les licences Photoshop et Flex Builder 3 représentent un investissement qui n’est pas forcément négligeable. Peut être qu’Adobe proposera un package avec toute la suite ? De plus, la relation entre designer/développeur peut apporter un certain danger : toutes les sociétés n’ont pas le luxe d’avoir des ressources dédiées au design … les développeurs devront donc se mettre au design, ou alors les designers devront avoir de meilleurs connaissances au niveau développement (utilisation du Flash Builder 4).
Pour conclure, avec toutes ces nouveautés nous voyons qu’Adobe a décidé de passer à la vitesse supérieure, et veut continuer d’être un des acteurs principaux dans la guerre des technologies RIA.

Le coin de la technique

Project Coin

Voici quelques nouvelles de Project Coin (dont nous vous parlions il y a quelques mois) par l’intermédiaire de Joseph Darcy et de sa présentation faite à JavaOne suite à la seconde sélection de features retenus le 27 mai dernier.

Pour rappel, le but du projet est de proposer de petites évolutions pour le langage Java, la communauté pouvant participer en passant par la mailing-list (avec du beau monde comme Bob Lee, Joshua Bloch, Neal Gafter…). Plusieurs comptes rendus de cette session sont déjà disponibles (chez Alex Miller ou Cay Horstmann). On retiendra ainsi :

  • Le switch avec String (switch(str) {case "foo": return 1; case "bar": return 2; })
  • Le multi catch (try { ... } catch (Extype1 | Extype2 ex) { logger.log(ex); })
  • L’exception handling avec les opérateurs ?:, ?. et ?[] (proposition)
  • La collection literals ou création de liste avec valeur par défaut comme pour les tableaux (List<String> list = ["a", "b"];)
  • L’opérateur diamond permettant d’avoir un constructeur light qui ne contient pas les generics (Map<String, List anagrams = new HashMap<>();)
  • Nombres avec underscores (long creditCardNumber = 1234_5678_9012_3456L;)

De bien belles propositions donc qui allégeront nos classes Java, surtout ces ignobles if(myObject != null) {return myObject.aMethod()} qui deviendrait ainsi myObject?.aMethod();. En espérant que tout ce petit monde arrivera vite…

(Com)prendre la vague Google Wave

Définitivement la star de Google I/O 2009, Google Wave se dévoile peu à peu et nous laisse admirer la mécanique qui se cache derrière la future (?) référence de plate forme collaborative.
Le coeur du système repose sur le protocole créé pour l’occasion.
InfoQ propose un zoom sur 2 sous domaines de ce protocole, extraits du site officiel que Google consacre à son invention :

  • Operational Transform : c’est le coeur du système, le framework de gestion de la concurrence. Toute modification est sauvée en local et envoyée en temps réel au serveur, qui se charge de traiter toutes les fusions, conservant la version référence, qui est ensuite poussée vers tous les clients graphiques consultant ce document. Dans l’attente de l’accusé de réception du serveur (le serveur a reçu la modification, l’a incorporé, et l’a propagé à tous les clients), chaque client cache toutes les modifications effectuées en local, qui seront envoyées en paquet ultérieurement.
  • le modèle de données : une Wave contient plusieurs Wavelets, qui contiennent des participants et des documents. La concurrence d’accès est gérée au niveau Wavelet. L’état d’un Wavelet est déterminé par une séquence ordonnée de modifications appliquées / en cours d’application sur un document.

A noter en outre que Google réutilise pour l’interface graphique deux de ses technologies open source, à savoir GWT (dont c’est le grand retour chez Google) et Google Gears (pour le drag & drop).

Publié par

Publié par Xebia France

Xebia est un cabinet de conseil international spécialisé dans les technologies Big Data, Web, les architectures Java et la mobilité dans des environnements agiles. Depuis plus de 15 ans, nous avons la volonté de partager notre expertise et nos actualités à travers notre blog technique.

Commentaire

3 réponses pour " Revue de Presse Xebia "

  1. Publié par , Il y a 10 ans

    Merci pour le « Sun est autonome dans ses décisions et non influencé par Oracle » mais cette musique de rachat est bien connue quoiqu’en dise Alexis. Oracle a acheté la baraque. Vous savez ce que c’est quand une achète une maison plutôt pas mal? « Oh la-la, tout est bien. Il n’y a rien à faire ». Enfin au début…. Alors on s’installe, on fait la cuisine. On commence par apporter son tupperware, puis deux trois meubleet ainsi de suite. […] Au final, on pète tout à son goût. Donc, « oui » Sun est forcément influencé par Oracle, qui, même sans avoir posé ses meubles, y a déjà probablement fait quelques fois la popote dont l’odeur diffuse s’imprègne lentement dans les murs.

  2. Publié par , Il y a 10 ans

    @Alexandre:
    « Oracle a acheté la baraque. »
    Ca devrait être effectif cet été. En attendant les « regulators » regardent attentivement tout ce qui pourrait être interprété comme de la connivence. Tant qu’on a pas signé l’acte authentique, on n’a pas les clés. Après, effectivement, tout est possible.

  3. Publié par , Il y a 10 ans

    OK Alexis, pardon pour la tournure de mes propos et merci pour l »information sur les « regulators ». Ce que je voulais simplement dire, c’est que pour avoir vécu plusieurs rachats de l’intérieur pour lesquels les racheteurs disaient qu’ils ne changeraient rien, cela s’est traduit à chaque fois par de profonds changements. Et pas forcément en mal. J’attends donc avec impatience de savoir quelles seront les nouvelles stratégies produit de Sun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous recrutons

Être un Xebian, c'est faire partie d'un groupe de passionnés ; C'est l'opportunité de travailler et de partager avec des pairs parmi les plus talentueux.