Publié par

Il y a 10 ans -

Temps de lecture 1 minute

Jazoon – Jour 1 – Groovy

L’un des sujets très présents dans cette 1ère journée était le langage Groovy, et plus généralement les langages dynamiques.

Dierk König (Canoo) a commencé la matinée en présentant « sept patterns d’utilisation de Groovy » sur les projets.
On a bien apprécié la concision du « reader RSS en swing » et le « script ant musical » (en faisant jouer jfugue quelques notes au début et fin du build). Vous pouvez retrouver les 7 points très bien résumés sur le blog du Touilleur Express.
Pour l’anecdote, les extraits de code étaient tapés dans une console Groovy, recopiés caractère par caractère par … un script Groovy ! (la classe, non ?)

Neal Ford (ThoughtWorks) a enchainé avec les « design patterns » dans les langages dynamiques : il a pris quelques patterns du GoF et a montré en quoi les langages dynamiques – comme Ruby ou Groovy – sont plus adaptés pour résoudre les problèmes posés par ces patterns.

Après un salade/saucisse/cornetto (bon appétit) rapidement avalé, ce fut le tour de Gradle. Il s’agit d’un système de build qui élève Ant grâce à la puissance de Groovy. Il se veut plus souple que Maven et apporte les capacités de programmation des scripts Groovy (boucles, conditions, etc).
Dommage que la présentation se soit contentée d’exemples du style « hello world », c’est du coup assez difficile de juger le potentiel de l’outil. Néanmoins, ça a l’air prometteur.

Pour finir avec Groovy, Jetbrains nous a fait une démo très séduisante du support Groovy/Grails sur IntelliJ IDEA. C’est définitivement le (seul) meilleur outil pour coder en Groovy !

Jazoon nous confirme que les langages dynamiques gagnent du terrain, et Groovy est le grand représentant de ces langages dans la sphère Java.

Publié par

Commentaire

1 réponses pour " Jazoon – Jour 1 – Groovy "

  1. Publié par , Il y a 10 ans

    « pour résoudre les problèmes posés par ces patterns »…
    L’utilisation de ces patterns n’est pas censée justement résoudre plus de problemes qu’elle n’en pose ? Bon, je rigole sur la tournure de la phrase, mais c’est clair qu’il y a, comme pour tout, avantages et inconvénients. ;)
    Et Groovy peut se révéler bien utile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous recrutons

Être un Xebian, c'est faire partie d'un groupe de passionnés ; C'est l'opportunité de travailler et de partager avec des pairs parmi les plus talentueux.