Publié par

Il y a 9 ans -

Temps de lecture 3 minutes

Rétrospective de notre XKE de Mai

Comme chaque premier jeudi du mois, les consultants Xebia se sont réunis en fin de semaine dernière pour le XKE (Xebia Knowledge Exchange).

La journée a commencé par un jeu intitulé « Questions pour un Xebian » organisé par Cyrille Le Clerc et Jean-Laurent de Morlhon où il a été question de reconnaître ce que cachent plusieurs noms de technologies en vogue (sass, haml, hateoas, etc).

Nous avons ensuite poursuivi avec deux sessions en parallèle :

  • Algorithme Min / Max et Tournoi de Puissance 4, animé par Morgan Renou
    L’objectif de cette session était de présenter l’algorithme MiniMax avec un élagage Alpha-Béta afin de développer de petites intelligences artificielles s’affrontant dans un tournoi puissance 4.
  • Mule ESB, animé par Jean-Louis Rigau
    Après avoir expliqué les principes fondamentaux de Mule ESB, cette session a permis de détailler, étape par étape, la mise en place d’une boutique en ligne, axée sur les traitements back-office.

Après le déjeuner, deux nouvelles sessions en parallèle :

  • Hands On JMS, animé par Guillaume Arnaud
    Après une présentation des concepts importants de l’API JMS, nous avons vu sa mise en place (connexion à un broker, émission et réception de messages sur des queues et topics durables / non durables).
  • nexTep Designer, animé par nexTep
    Cette session a permis de présenter l’environnement de développement nexTep Designer.

Pour clore la journée, une nouvelle fois deux sessions en parallèles :

  • Grails from Scratch, animé par Aurélien Maury
    Le framework Grails fut présenté dans ses grandes lignes (origines, concepts et fonctionnement) avant de poursuivre sur la réalisation d’un mini plugin Grails en Hands-On pour afficher les derniers tweets d’une recherche via une taglib.
  • Flex 4, animé par Ellène Dijoux
    Après une présentation de Flex 4, nous avons réalisé une application de gestion des tâches. Le but était de faire le tour des nouveautés avec la librairie Spark, l’utilisation du skinning (habillage des composants) et la gestion des évènements et manipulation du XML. Le slot était accessible à tous et a permis d’introduire les notions de base que l’on peut retrouver dans Flex.

Quizz « licences Open Source »

Cette journée fut aussi l’occasion d’un tour d’horizon des licences Open Source (business friendly, business unfriendly, contaminantes, virales, etc) présenté par Cyrille Le Clerc. Nous vous proposons les points amusants sous forme de jeu :

  • Comment des éditeurs commerciaux peuvent-ils distribuer des programmes « close source » pour Linux alors que Linux utilise la licence « business unfriendly » GPL qui est censée être « contaminante » ?
  • Comment CentOS peut-il distribuer gratuitement une version de Linux qui reprend quasiment toute la distribution payante Red Hat Enterprise Linux ?
  • Pourquoi ai-je le droit de distribuer un logiciel « close source » qui embarque une JVM OpenJDK alors que celle-ci utilise la licence « contaminante » dérivée le la GPL ? Ai-je ce droit sur toutes les plateformes ? Y compris sur les treminaux mobiles ?
  • L’Affero Ceneral Public License (aka Affero GPL) étend la notion de distribution de la licence GPL à la distribution sur le réseau. Quel est l’impact sur des sites web accessibles sur Internet ? Citer une librairie Java très connue licensiée sous AGPL ? Utilisez-vous iText ?

Si ces questions suscitent votre curiosité, n’hésitez pas à répondre sous forme de commentaires dans ce billet. Nous publierons nos réponses d’ici la fin de la semaine :-) .

Publié par

Publié par Xebia France

Xebia est un cabinet de conseil international spécialisé dans les technologies Big Data, Web, les architectures Java et la mobilité dans des environnements agiles. Depuis plus de 15 ans, nous avons la volonté de partager notre expertise et nos actualités à travers notre blog technique.

Commentaire

3 réponses pour " Rétrospective de notre XKE de Mai "

  1. Publié par , Il y a 9 ans

    Bonjour,

    Je suis employé de Red Hat France et je me propose d’éclairer votre lanterne en ce qui concerne la question : « Comment CentOS peut-il distribuer gratuitement une version de Linux qui reprend quasiment toute la distribution payante Red Hat Enterprise Linux ? »

    Le Modèle de Red Hat
    ——————–
    Red Hat propose des solutions logicielles Open Source. Le code de ces logiciels est fourni sous licence publique générale GNU GPL ou d’autres licences Open Source équivalentes. Les logiciels développés sont le fruit d’un travail collaboratif de la communauté Open Source. C’est pour cette raison que le droit d’utilisation des logiciels sous licence est libre de redevance, comme le stipule le contrat de licence d’utilisateur final (EULA, End User License Agreement). Conformément à l’EULA, le code source et les paquetages logiciels fournis par Red Hat sont mis à disposition gratuitement.
    Toutefois, Red Hat fournit également des paquetages et du code binaire (RPM entre autres) portant la marque et les logos Red Hat (Red Hat, Red Hat Enterprise Linux, JBoss, Red Hat Enterprise Virtualization etc.).
    Ces marques et logos sont la propriété de Red Hat. Par conséquent, leur utilisation doit être strictement conforme aux conditions générales applicables définies à la fois dans le Contrat d’entreprise Red Hat et l’EULA.

    C’est en retirant ces marques et logos que CentOS peut faire ce qu’il fait.

    Cependant, il est nécessaire de préciser que la véritable valeur ajoutée de Red Hat ne s’arrête pas à la simple fourniture d’une distribution, loin de là.

    J’aime citer l’analogie suivante: « L’eau est une ressource disponible et accessible facilement en France mais nous comprenons tous l’intérêt d’avoir une eau répondant à des critères de qualité et ce à la demande dans nos maisons. »

    Ainsi, la valeur apportée par Red Hat est décrite selon les points suivants (issue des ressources disponibles sur le site http://www.redhat.com) :

    1) Développement Open Source et contributions au R&D:
    Red Hat emploie un nombre important de développeurs qui participent activement à la communauté Open Source. Par exemple, plus de 14 % du code du noyau Linux 2.6 a été écrit par des associés de Red Hat dans le cadre du travail collaboratif de la communauté de développement du noyau Linux, ce qui fait de Red Hat le premier contributeur ! Lorsque le client achète une souscription Red Hat, celle-ci inclut également une contribution au développement des logiciels Open Source. En outre, les souscriptions permettent à Red Hat de garder une avance technique pour la création de paquetage, la maintenance et la prise en charge de ses logiciels.

    2) Durée de vie longue et stabilité des versions:
    Red Hat assure le suivi de chaque version majeure de ses produits pendant 7 ans à partir de la date de disponibilité (GA) des logiciels Red Hat Enterprise Linux ainsi que pour les logiciels JBoss Enterprise. Ainsi, le client peut continuer à bénéficier des services de support et de maintenance pendant au moins 7 ans après la sortie d’une version majeure (et pendant 5 ans en ce qui concerne JBoss Enterprise), ce qui lui évite de passer à une nouvelle version alors qu’il n’en a pas besoin.
    Notez que Red Hat édite des versions majeures tous les 18 à 24 mois environ. Red Hat Enterprise Linux fonctionne sur 5 architectures différentes (x86-32 bits, x86-64 bits, Itanium, Power, zSeries). En tout, Red Hat prend en charge au même moment 4 versions principales de Red Hat Enterprise Linux sur 5 architectures différentes pendant 7 ans, et donc des correctifs logiciels et de sécurité pour 20 fichiers binaires qui nécessitent souvent un backporting ou une réécriture complète pour une adaptation aux versions précédentes ! De ce fait, les clients peuvent exécuter diverses versions sur des architectures différentes tout en bénéficiant du même niveau de correctifs sur toutes les installations.

    3) Certifications logicielles et matérielles:
    La certification est une absolue nécessité dans un environnement informatique IT hétérogène ! Red Hat déploie beaucoup d’efforts pour que ses logiciels soient certifiés sur tous les systèmes et logiciels tiers existants. Si RHEL obtient une certification pour un système donné, cela signifie que Red Hat prend officiellement en charge ses logiciels sur ce matériel, et inversement, que le constructeur assure la compatibilité de ses systèmes pour les logiciels Red Hat. Si un logiciel qui n’est pas pris en charge ni certifié par un constructeur est exécuté, et même avec un contrat de support pour le logiciel, le constructeur n’assure aucune prise en charge pour un environnement non certifié. Il est alors nécessaire d’installer un logiciel pris en charge et certifié par le constructeur ! À l’heure actuelle, Red Hat Enterprise Linux est certifié pour plus de 2 000 systèmes, ce qui en fait le système Linux ayant obtenu le plus grand nombre de certifications.
    Il en est de même pour les éditeurs: ils adaptent et assurent la prise en charge de leurs logiciels pour un nombre restreint d’environnements. Red Hat Enterprise Linux et JBoss Enterprise font partie des logiciels ayant obtenu le plus grand nombre de certifications d’éditeurs tiers. En effet, RHEL est certifié pour plus de 3 500 logiciels. Aucune autre distribution de Linux n’est autant prise en charge !!
    Si un client exécute des logiciels Open Source non certifiés ou une édition issue directement de la communauté, il courre le risque de ne pas bénéficier de support tant par les constructeurs que par les éditeurs. De plus, si un client souscrit un contrat de support pour du matériel ou des logiciels, il n’en tirera aucun avantage, car le système d’exploitation ou le middleware Java ne sera pas pris en charge !

    4) Assurance Open Source:
    Dans le cas de logiciels propriétaires, l’éditeur possède le code logiciel ou en détient les droits de propriété intellectuelle et protège généralement ses clients contre les risques juridiques liés aux droits de propriété intellectuelle du logiciel.
    Dans le cas de notre modèle commercial, comme Red Hat ne détient pas les droits de propriété
    intellectuelle des logiciels (ceux-ci étant Open Source et libres de droit), les utilisateurs sont exposés aux risques liés aux droits de propriété intellectuelle. Le programme Assurance Open Source est spécifiquement conçu pour protéger les clients Red Hat contre de tels risques.

    Le programme Assurance Open Source garantit une protection contre les plaintes émanant d’éditeurs.
    En bref, Red Hat peut remplacer la partie du code qui enfreint la loi, modifier le logiciel pour qu’il n’enfreigne plus la loi ou obtenir les droits nécessaires pour qu’un client puisse continuer à utiliser le logiciel sans interruption.
    Ce programme a été étendu à l’automne dernier et inclut désormais une indemnisation IP, dont vous trouverez les détails à partir du lien ci-dessous. Le programme étendu est destiné aux utilisateurs de solutions Open Source Red Hat et est disponible en ligne à partir d’un compte utilisateur RHN. Lien vers le contrat Assurance Open Source:
    ¬ http://www.redhat.com/legal/open_source_assurance_agreement.html

    5) Maintenance et mises à jour logicielles:
    Lorsqu’il souscrit un contrat pour un logiciel portant la marque Red Hat, un client bénéficie de tous les services actifs disponibles sur Red Hat Network. Ce réseau permet aux clients non seulement de télécharger le logiciel fourni par Red Hat et d’obtenir des mises à jour, correctifs (du logiciel et de sécurité), améliorations, mais d’accéder à toutes les versions prises en charge du logiciel, y compris les nouvelles versions majeures (il n’est pas nécessaire d’acheter une nouvelle souscription pour accéder à une nouvelle version). En outre, Red Hat Network constitue un véritable outil de productivité qui permet aux administrateurs systèmes de travailler de manière plus efficace et d’obtenir un meilleur TCO
    lorsqu’ils combinent Red Hat Enterprise Linux avec RHN.

    6) Support technique:
    Dernier point et non le moindre, Red Hat propose également un support technique illimité couvrant tous les produits de marque Red Hat faisant l’objet d’une souscription active.
    L’assistance technique est fournie à distance au client. Elle couvre l’aide à ’installation, la configuration et la résolution des problèmes.
    Elle est disponible dans le monde entier, en plusieurs langues, par Internet et par téléphone, avec divers niveaux de service en fonction du SLA (Service Level Agreement), jusqu’à 24h sur 24, 7j sur 7 avec un délai de réponse d’une heure. Une assistance aux développeurs est également disponible. Vous trouverez des informations détaillées sur les formules de support technique et le SLA aux adresses suivantes:
    http://www.redhat.com/support/policy/
    Support technique:
    http://www.redhat.com/support/policy/soc/production/
    SLA:
    http://www.redhat.com/support/policy/sla/production/

  2. Publié par , Il y a 9 ans

    @Noel,

    Merci pour l’explication et les détails de la « proposition de valeur » de RedHat / JBoss

    Cyrille

  3. Publié par , Il y a 9 ans

    Pour revenir sur iText, la dernière version (5) est en effet AGPL. Si cette dernière version est utilisée dans une application web alors pour être en accord avec la licence il faut livrer l’ensemble des sources de la webapp. Ce qui peut être ’embêtant’, d’où la double licence.

    De nombreuses autres librairies se basent sur iText par contre, tel que Jasper Reports. Mais cela ne pose pas de problème puisque l’ancienne version est utilisée. http://mvnrepository.com/artifact/com.lowagie/itext/2.1.7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous recrutons

Être un Xebian, c'est faire partie d'un groupe de passionnés ; C'est l'opportunité de travailler et de partager avec des pairs parmi les plus talentueux.