Publié par

Il y a 4 ans -

Temps de lecture 4 minutes

Chapitre 10 du livre de Sandro Mancuso sur le Software Craftsmanship

sandro_book-xebia.pngComme chaque semaine, nous vous proposons un résumé d’un chapitre de l’excellent livre de Sandro Mancuso Software Craftsmanship – Professionalism Pragmatism Pride. Cette semaine nous vous proposons le résumé du chapitre 10 qui complète le chapitre précédent sur le recrutement.

Si vous êtes intéressés par la vision d’un craftsman sur son logiciel vous pouvez retrouver Sandro dans le catalogue de formation de Xebia Training.

Déjà publié :

  1. Software Development
  2. Agile
  3. Software Craftsmanship
  4. The Software Craftsmanship Attitude
  5. Heroes, Goodwill and Professionalism
  6. Working Software
  7. Technical Practices
  8. The Long Road
  9. Recruitment

Interviewing Software Craftsmen

Pour un software craftsman, changer de job, c’est du sérieux. Il s’agit d’une négociation d’égal à égal. Il joue sa réputation pour les années à venir. S’il sent que l’équipe n’a pas le pouvoir, il n’acceptera pas de venir travailler sur votre projet. Il recherche avant tout un partenariat.

Vous recrutez ?

Vous pouvez éliminer les candidats qui ne posent aucune question : vous recherchez une personne curieuse. Il faut que vous expliquiez le poste avec honnêteté. Vous attendez en retour la même honnêteté lorsque le candidat vous parlera de ses précédentes missions. Il est impératif que tous les membres de l’équipe recrutent. On peut par exemple pairer avec un expérimenté et un junior. Il faut que ça tourne. C’est une responsabilité partagée que de choisir ses futurs collègues.

Vous cherchez un job ?

Voici quelques astuces pour vous faire gagner du temps :

  1. Portez une attention extrême aux détails : c’est eux qui vous diront si le recruteur est sincère.
  2. Si le recruteur n’est pas un développeur ça n’est pas très bon signe.
  3. Si le recruteur est tout seul ça n’est pas très bon signe : cela peut vouloir dire que l’équipe est sous l’eau ou qu’elle prend le recrutement à la légère.
  4. Les questions qu’il vous pose définissent son système de valeurs : elles doivent être alignées aux vôtres.
  5. Vous devez le questionner en retour pour obtenir plus d’informations ou parce que vous voulez qu’il reformule. Profitez-en pour observer sa réaction. Si vous êtes embauchés, vous n’agirez pas différemment. C’est donc un excellent indicateur.
  6. Si le recruteur suit un script précis, cela peut vouloir dire que le process de recrutement tout comme le projet est trop cadré.

L’entretien

Qu’est-ce qu’un bon entretien ? Cela doit avant tout être un échange sur les activités de développement. En tant que recruteur, il est d’autant plus aisé de détecter les candidats peu honnêtes si les questions que vous posez sont inédites et adaptées à votre contexte. Le candidat doit absolument ressortir avec l’envie de travailler avec le recruteur le lendemain.

Petites astuces pour réussir un entretien :

  1. Il faut définir quel profil on a besoin sur le projet afin de ne se focaliser que sur ce besoin.
  2. On peut commencer par une question extrêmement ouverte en mind map et explorer puis creuser les voies que prend le candidat.
  3. Pair programmer pendant l’entretien est assez extrême mais apporte un feedback très précieux. On peut demander au candidat d’écrire un kata ou refactorer un code du projet. S’il est coincé, il doit demander de l’aide.
  4. Faire ramener l’ordinateur du candidat afin de jauger de sa capacité à utiliser les bons outils.

Il faut à tout prix définir un entretien personnalisé. C’est-à-dire juger le candidat pour ce qu’on attend de lui (s’il ne connait pas une technologie qu’on n’utilise pas, ce n’est pas grave). Il faut plutôt se concentrer sur son potentiel, son talent et sa passion plutôt que ses connaissances sur une technologie particulière. Sur un nouveau projet, il est toutefois nécessaire d’exiger une ou deux personnes disposant d’une expérience concrète de mise en production.

Une pratique intéressante est de demander au candidat d’écrire un test de code préalable à l’entretien. On apprendra énormément avec ce code. Il faut laisser du temps au candidat (2 week-ends) et le choix du langage. Il ne faut pas se vexer si le candidat refuse à ce stade : ça filtre par la motivation.

Bref

Pour conclure : le recrutement n’est pas à prendre à la légère. De nombreux détails peuvent aider les deux parties à prendre la bonne décision. Dans tous les cas, le craftsman cherchera un partenariat enrichissant.

 

Publié par

Publié par Sébastian Le Merdy

Sébastian est entré chez Xebia en 2011 pour mettre en pratique le Software Development Done Right.
Il est passionné par le développement logiciel et les technologies innovantes et le met au service de l'utilisateur final à travers l'agilité dans les projets.
Vous pourrez peut-être le rencontrer lors d'un coding dojo ou une présentation de live coding.

Commentaire

2 réponses pour " Chapitre 10 du livre de Sandro Mancuso sur le Software Craftsmanship "

  1. Publié par , Il y a 4 ans

    Merci pour ces traductions et pour info, le lien vers le chapitre 9 est mort.

  2. Publié par , Il y a 4 ans

    Bonjour,
    Merci de votre retour. Le lien vient d’être mis à jour. Dans quelques minutes vous pourrez découvrir le chapitre 13 du livre de Sandro Mancuso.
    Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous recrutons

Être un Xebian, c'est faire partie d'un groupe de passionnés ; C'est l'opportunité de travailler et de partager avec des pairs parmi les plus talentueux.