Publié par

Il y a 3 ans -

Temps de lecture 7 minutes

Revue de Presse Xebia

Revue de presse xebiaLa revue de presse hebdomadaire des technologies Big Data, Cloud et Web, architectures Java et mobilité dans des environnements agiles, proposée par Xebia.

Agilité

Ce que nous apprend une des plus longues études sur le bonheur

L’agilité vient remettre les relations au centre de l’entreprise. Elle questionne le rôle de manager traditionnel qui doit évoluer dans des équipes auto-organisées. Nous ne savons pas toujours bien comment nous y prendre dans ces contextes extrêmement organiques et il est parfois tentant d’en revenir à de bonnes vieilles méthodes de dictature pour régir les relations au travail.

L’article de Emma Luxton What one of the world’s longest study tells us about happiness publié sur le World Economic Forum ne vient pas apporter de réponses aux perturbations engendrées par une transformation agile. Il parle en fait d’une étude actuellement menée par Robert Waldinger sur le bonheur, une thématique qui fait de plus en plus écho en entreprise. Cette étude a démarré en 1938 et se poursuit encore aujourd’hui. Robert Walindger a d’ailleurs récemment donné un Ted Talk sur le sujet intitulé What makes a good life? Lessons from the longest study of happyness. Cette étude nous révèle une simple vérité sur le bonheur : « De bonnes relations nous maintiennent plus heureux et en meilleure santé ». Rien de plus compliqué.

Et si nous l’appliquions en entreprise?

Le secret des équipes les plus productives

Récemment, Google a publié les résultats d’une étude sur la productivité des équipes. L’objectif était d’analyser les meilleures équipes afin d’en découvrir les patterns qui les rendent si efficaces. Comme ils le disent non sans humour : After years of intensive analysis, Google discovers the key to good teamwork is being nice. L’étude est intéressante, car si la sécurité psychologique est bien identifiée comme étant le facteur le plus important du bon fonctionnement de l’équipe, quatre autres facteurs ont été identifiés (The five keys to a successful Google team). Il s’agit de la fiabilité (est-ce que l’on peut s’appuyer les uns sur les autres ?), de la structure et de la clarté (les rôles sont-ils bien définis ?),du sens du travail (est-ce que je crois en ce que je fais ?) et de l’impact de celui-ci (est-ce que cela en vaut la peine ?).

Je vous laisse donc explorer ces liens et pour ceux qui seraient allergiques à l’anglais, vous pourrez aussi lire ce résumé en français par Claire Levenson : Le secret des équipes les plus productives est simple : la gentillesse.

En résumé, voici donc une autre façon de voir l’importance de développer de bonnes relations au travail, non seulement pour mieux vivre, mais aussi pour êtres plus efficaces !

La pyramide hiérarchique perd-elle la tête ?

Les discussions autour de l’entreprise libérée donnent parfois lieu à des débats houleux. Parmi les sujets qui créent le plus souvent la polémique, on trouve cette idée qu’une entreprise libérée n’a plus de hiérarchie.

L’article de Christophe Assens (auteur du livre Le Management des réseaux) et Francis Hintermann (directeur du département de recherche d’Accenture monde) « La pyramide hiérarchique perd-elle la tête? » permet une explication très claire des enjeux de ces nouvelles organisations.

On y discute de cinq points :

  1. L’importance de la transparence de l’information.
  2. Le rôle du collectif.
  3. Le développement des réseaux.
  4. L’implication du plus grand nombre (avec un élargissement au-delà du cercle direct de l’entreprise).
  5. Et enfin de la nécessité de la confiance.

Mine de rien, en quelques points, Christophe Assens et Francis Hintermann, viennent remettre le sujet de disparition de la hiérarchie (et non du manager) dans un contexte clair. Ils ne font pas l’économie des prérequis trop souvent oubliés dans des débats qui s’arrêtent parfois à la conclusion (l’absence de hiérarchie) sans étudier les causes (ce qui rend cela possible).

Mobilité

Android : Offrir une meilleure expérience utilisateur lors du démarrage à froid.

Afin de rendre son application plus sexy, Saúl Molinero nous explique comment ajouter une animation entre le chargement et l’ouverture de la première page dans son article Avoiding cold starts on Android. En remplaçant cet écran de démarrage vide (et moche) par une animation, on amène l’utilisateur vers le premier écran de façon beaucoup plus fluide.

Front

Des tests multi-navigateurs efficaces avec la technique de l’attaque en 3 phases

Les tests multi-navigateurs sont souvent une étape indispensable mais souvent laborieuse et longue à réaliser. Pour optimiser cette étape, Chris Ashton nous propose sa méthode : la « three-phase attack ».

Il s’agit de découper ces tests en trois phases :

  1. La phase de « reconnaissance » : tester le bon fonctionnement des nouvelles fonctionnalités dans le navigateur préféré du développeur pour identifier les bugs indépendamment de la version du navigateur utilisé.
  2. La phase de « raid » : tester sur les navigateurs pour lesquels l’équipe a déjà rencontré le plus de bugs.
  3. La phase de « clearance » : vérifier ensuite que sur les navigateurs les plus utilisés par les utilisateurs, il n’existe pas de régression.

test-multinavigateur-RDP-xebia

Google resizer : l’outil Google pour tester rapidement vos sites web mobiles

Google propose, depuis peu, un outil en ligne qui permet de tester rapidement vos sites responsives. Il vous suffit de renseigner l’URL de votre site et vous pourrez voir sur la même page un rendu mobile, tablette et desktop :
google-resizer-RDP-xebia

DevOps

Comment déployer du code ?

La question est simple mais la réponse pas toujours évidente. Les outils pour déployer existent et sont nombreux mais malgré cela, bien trop souvent, les déploiements se passent mal (bugs, interruption de service). Et si c’était le processus qu’il faille améliorer ?

Zach Holman, dans son article « How to deploy software » décrit un processus de déploiement en quatre étapes :

  1. Prepare: où il aborde le sujet des tests, des « feature flags » et d’une approche que je trouve extrêmement intéressante à savoir déployer le nouveau et l’ancien code en parallèle, toujours renvoyer la réponse de l’ancien code et mesurer les écarts. Une fois que les écarts de comportement sont nuls, on peut décommissionner l’ancien code sans risque.
  2. Branch: choisir une stratégie de branche adaptée est primordial pour déployer efficacement. Ce paragraphe aborde des thèmes tels que les revues de code, le déploiement de branche, le déploiement automatique du master ou les déploiements blue/green.
  3. Control: si les deux étapes précédentes ont été appliquées il est maintenant possible pour tout le monde de déployer son code en production. À ce moment, il est important que le processus ajoute un peu de contrôle via des « audit trail », des files d’attentes de déploiement et bien sûr du verrouillage de déploiement (c’est parfois compliqué de déployer deux codes différents en même temps).
  4. Monitor:  le code est en production ! Il s’agit maintenant de vérifier les métriques afin d’être sûr que tout va bien et de nettoyer le code introduit lors de l’ajout de feature toggles.

Publié par

Publié par Xebia France

Xebia est un cabinet de conseil international spécialisé dans les technologies Big Data, Web, les architectures Java et la mobilité dans des environnements agiles. Depuis plus de 15 ans, nous avons la volonté de partager notre expertise et nos actualités à travers notre blog technique.

Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous recrutons

Être un Xebian, c'est faire partie d'un groupe de passionnés ; C'est l'opportunité de travailler et de partager avec des pairs parmi les plus talentueux.